L'entêtante litanie des amours fanés de Warhaus

L'entêtante litanie des amours fanés de Warhaus
L'entêtante litanie des amours fanés de Warhaus - © Tous droits réservés

Warhaus c'est le projet solitaire du chanteur de Balthazar, Maarten Devoldere. Il était à l'Ancienne Belgique hier soir accompagné de deux musiciens et Sylvie Kreusch au choeur. Une musique sans ordonnance mais addictive.

Cela faisait quelques années que Maarten souhaitait s'éloigner un peu de son groupe Balthazar, fleuron de la pop flamande, et monter son projet solo. C'est sous le nom de Warhaus que le jeune homme de 30 ans officie désormais en parallèle. Après l'effeuillage de très beaux titres (The Good LieMachinery), l'album a enfin pointé le bout de son nez en 2016 récoltant un très bon accueil critique plus que justifié. "We fucked a flame into being" est un recueil sur les amours éteints et la poésie noctambule. 

 

Sur scène, Maarten Devoldere est accompagné par la chanteuse de Soldier's Heart Sylvie Kreusch et deux musiciens. Vendredi soir, Maarten Devoldere oscille entre les instruments, le chant, les solos guitare/voix, lui qui est le centre de Warhaus tient son rang. Il est un dandy un peu désabusé qui chante les romances nocturnes éphémères. Il a le charme froid d'un vent de Mer du Nord et la belle voix d'un crooner poète. Devant une salle comble, le concert prend des airs de messe musicale avec une instru entêtante, lancinante tantôt pleurante, tantôt sèche. Maarten se pose en grand ordonnateur sur scène qui rend hommage aux amours morts. Si l'on regrette la présence mesurée de Sylvie Kreusch sur scène (on aurait aimé qu'elle prenne autant de place au chant qu'à la danse), Warhaus vient ici tout de même confirmer son superbe album à la musicalité sombre et prophétique, que l'on rapproche souvent de celle de feu Leonard Cohen ou Nick Cave. Et si les critiques sont aussi dithyrambiques c'est effectivement qu'il y a une raison. Warhaus est d'une beauté cafardeuse.

"We fucked a flame into being" de Warhaus

Sorti en septembre 2016

Plus d'infos sur le site de Warhaus.