Klub des Loosers : poète moderne de la comédie humaine

Klub des Loosers : poète moderne de la comédie humaine
2 images
Klub des Loosers : poète moderne de la comédie humaine - © Klub des Loosers

Samedi soir, l’Orangerie du Botanique était investie par le rappeur versaillais, Fuzati et son Klub des Loosers dans lequel il officie désormais seul.

 

Le groupe de hip-hop français s’est formé en 2000, sous l’impulsion de Fuzati, poète masqué né sous le signe du V. Après avoir été secondé par DJ Orgasmic, qui rejoindra par la suite TTC puis DJ Detect, le rappeur versaillais est maintenant seul membre de son Klub, excepté le renfort musical sur scène. Le groupe s’est fait connaître avec des titres provocateurs et parfois vulgaires et emplis d’un pessimisme lancinant, son premier album Vive la Vie” raconte le quotidien d’un jeune loser qui essaye de séduire la plus belle fille de sa classe (autobiographie ?). La plus belle réalisation de Fuzati reste son LP La Fin de l’Espèce”, sorti en 2012 avec les titres Volutes, Destin d’Hymen ou encore L’Indien dans lesquels il déblatère sur le sombre avenir de l’humanité, sur la parentalité vaine, le tout sur fond de pseudo-romance. Son dernier album, Fuzati le présente comme plus pop et moins hip dans l’instru mais toujours aussi peu optimiste. Le rappeur s’est résigné, il ne peut pas changer le monde et préfère laisser ça aux ados”, il veut juste que le monde ne change pas trop. Le Chat et Autres Histoires” est sorti le 13 octobre 2017 chez Modulor.

 

 

Le Botanique accueillait samedi soir le rappeur au masque et à la plume acerbe. Malgré des débuts sonores peu agréables à cause d’une balance voix/instru pas très au point, le reste du concert se déroule comme des retrouvailles. Fuzati et son style inconditionnel d’apathique réussit à faire de l’Orangerie sa chorale avec ses titres fédérateurs et incontournables, Sous le signe du V et De l’Amour à la Haine retravaillés avec le groupe. Les titres un peu plus pop de son nouvel album passent un peu en dessous des autres malgré une sensibilité au diapason et une mélancolie constante. Les refrains chantés n'ont plus grand chose à voir avec du hip hop et Fuzati apparaît comme le maître de cérémonie désabusé d'une grande farce, n'est-ce finalement pas la suite logique pour le cynique prince du rap français ?

 

“Le Chat et Autres Histoires” 

Klub des Loosers

Sorti le 13 octobre 2017

Chez Modulor