Keith Jarrett : "Je ne sais pas à quoi est censé ressembler mon avenir"

Le pianiste américain de jazz Keith Jarrett ne pourra sans doute plus jamais se produire en concert, partiellement paralysé par deux AVC, explique-t-il dans un entretien publié mercredi par le New York Times.

"Mon côté gauche est toujours en partie paralysé", explique, pour la première fois, le musicien de 75 ans, après deux accidents vasculaires cérébraux intervenus en février et mai 2018.

On me dit que le maximum que je pourrais récupérer de ma main gauche, c'est la capacité de tenir un verre

Depuis, il ne s'est mis que de rares fois au piano, jouant de la main droite uniquement. "Je ne sais pas à quoi est censé ressembler mon avenir", a-t-il confié au New York Times. "Je ne me considère pas comme un pianiste aujourd'hui."

De Art Blakey à Miles Davis

Sa première formation était classique, mais à l'âge de 15 ans. En 1964, Keith Jarrett s'installe à New York pour s'implanter dans le monde du jazz. Après une tournée avec les New Jazz Messengers d'Art Blakey, Keith Jarrett rejoint le quatuor de Charles Lloyd en 1966. Il a également joué de l'orgue et du piano électrique avec Miles Davis en 1970 et 1971. 

Des concerts en solo remarquables

Ce qui sera peut-être le dernier concert de Keith Jarrett remonte à février 2017, au Carnegie Hall de New York. S'il a enregistré plusieurs albums en studio, le natif d'Allentown (Pennsylvanie) est surtout connu pour ses concerts enregistrés pour le label ECM de Manfred Eicher. Son travail autour de l'improvisation l'a mené jusqu'à donner des concerts solo totalement improvisés, qui ont largement contribué à sa réputation de virtuose génial.

Sur le même sujet :

Il y a 30 ans sortait "Paris Concert" de Keith Jarrett

ECM et son créateur Manfred Eicher, toujours dans l’air du temps