Jonsi hypnotise mais déçoit

3 images
- © rtbf

Le chanteur de Sigur Ros était pour deux soirs au Cirque Royal de Bruxelles afin de présenter son album solo Go. Très beau disque mais concert décevant....



Il y a des soirs comme ça où on rentre déçu!  Avouons tout de suite que nous ne sommes ni super fan, ni très connaisseur de Sigur Ros, groupe islandais qui a beaucoup fait parler de lui ces dernières années. A chaque écoute d'un de leurs albums, la voix haut perchée de Jonsi nous dérangeait et nous empêchait de persévérer pour tenter d'apprivoiser leurs sonorités.

Et puis, on est tombé un peu par hasard sur Go le projet solo de leur chanteur. Et on a fondu sous le charme de ses ambiances si particulières. Cet album est original, aérien, féérique, hanté et ne peut laisser personne indifférent. Une expérience musicale unique en son genre. 

Nous étions donc tout excité à l'idée de découvrir sur scène l'univers fantasmagorique de ce disque hors norme. Malheureusement, hormis quelques moments de grâce, la déception fut à la hauteur de l'attente.

Un visuel soigné, une prestance désastreuse

Au rayon des bonnes surprises, on citera un show visuel sobre mais très inventif qui donne au moment un cachet inhabituel. L'univers est difficile à décrire: jeux d'ombres et de couleurs, dessins d'animaux animés en noir et blanc, images juxtaposées les unes sur les autres pour brouiller les pistes etc. Jonsi est un artiste à part entière qui nous partage un monde très personnel et original.

La prestation musicale nous a, elle, nettement moins convaincu. Le début est enthousiasment avec quelques belles envolées lyriques et une ambiance très prenante. Mais les limites du concept vont vite apparaître. Il semble perpétuellement dans sa bulle, créant malgré lui une vraie barrière avec le public. Les morceaux s'enchaînent, trahissant un cruel manque de diversité dans les structures mélodiques ainsi que dans les arrangements, ce qui étrangement ne se ressent pas trop à l'écoute du disque. La voix, sa grande force, paraît tantôt géniale tantôt irritante. Les vrais aigus nous agressent en faisant fort penser à Wim Mertens. Par contre, les parties plus graves sont plus séduisantes avec un timbre qui ressemble à s'y méprendre à celui de Ozark Henry. 

Les projections seront bien moins impressionnantes dans la deuxième partie. Le spectacle devient très fade et répétitif. Jonsi passe son temps courbé à chanter sur des rythmes saccadés presque chamaniques. En fin de set, il s'affuble de plumes d'indiens sur la tête, ce qui n'arrange évidemment rien. Le public des fans repart visiblement content mais nous, on reste sur notre faim. Il ne nous reste plus qu'à écouter le disque en rentrant histoire de ce faire plaisir. Un disque que l'on vous recommande chaudement malgré cette soirée décevante.

François Colinet

 

 

JONSI Go (XL Records)