Il y a 60 ans s’enregistrait l’album "The Blues And The Abstract Truth" d’Oliver Nelson

L’album est sorti sur le label Impulse ! et enregistré dans le célèbre studio de Rudy Van Gelder le 23 février 1961. Il est considéré comme une pièce maîtresse dans la discographie du saxophoniste américain Oliver Nelson.

Les six plages de l’album voyagent autour du blues et du standard des frères Gershwin "I Got Rhythm" composé en 1930. La grille harmonique de ce titre (appelée en français "anatole") a inspirée plusieurs compositeurs comme Charlie Parker, pour son morceau "Anthropology" mais aussi Oliver Nelson pour cet album.

Un casting de musiciens parfait

Difficile de faire mieux. Oliver Nelson réunit autour de son saxophone la crème des jazzmen de l’époque : Freddie Hubbard à la trompette, Eric Dolphy au saxophone alto et à la flûte, George Barrow au saxophone baryton (salué par Nelson pour son modeste rôle de support dans l’album), Bill Evans au piano, Paul Chambers à la basse et Roy Haynes à la batterie.

L’album, dont toutes les compositions sont signées Oliver Nelson, débute par ce qui deviendra un standard du jazz "Stolen Moments" composé en 1960 et dans lequel les cuivres se répondent harmonieusement au début, laissant ensuite place à la trompette de Freddie Hubbard. "Hoe-Down" fait référence au morceau "I Got Rhythm". Composé lorsque Nelson apprenait son instrument à l’école "Cascades" rappel la première plage de l’album. Sur "Yearnin’", Bill Evans débute ce qui sera le morceau le plus blues de l’album. Et pour finir, Oliver Nelson rend hommage à ses deux sœurs. À la plus grande et son mari avec "Butch And Butch", ainsi qu'à la cadette, chanteuse et pianiste, avec "Teenie's Blues", une dernière plage qui offrira à Eric Dolphy un terrain de jeu de rêve. Les compositions et les arrangements d’Oliver Nelson font de cet album un incontournable sur lequel plane les influences de deux autres grands saxophonistes, John Coltrane et Sonny Rollins.

Bonne écoute !