Il y a 60 ans débutait l'enregistrement de l'album "We Insist !" de Max Roach

Le 31 août 1960, Max Roach fait résonner la voix d’Abbey Lincoln (sa compagne) dans le Nola Penthouse Sound Studio de New York. L’heure est à la contestation et aux cris de colère qui dureront 1 minutes et 10 secondes dans le morceau "Triptych : Prayer/Protest/Peace". 

Comme d’autres musiciens de jazz, le batteur Max Roach prend lui aussi part au mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. En 1960, il sort "We Insist ! Freedom Now Suite", un album qui 60 ans après sa conception, n’a pas fini de résonner et de faire réfléchir sur le racisme et l'esclavagisme. C’est en 1959 que Max Roach collabore avec le parolier Oscar Brown en vue de la célébration des 100 ans de la Proclamation d’émancipation du président Abraham Lincoln de 1863. Les sit-ins de Greensboro en 1960 vont accélérer et transformer ce projet en un album. Pourtant d’accord sur le message à véhiculer sur celui-ci, la forme va générer des tensions entre Oscar Brown et Max Roach. En tout, ce sont 5 tableaux qui évoquent principalement l’esclavage et le racisme en Amérique et en Afrique du Sud qui voient le jour. Dans le premier titre : "Driva’man" le saxophoniste Coleman Hawkins joue l’homologue masculin d’Abbey Lincoln.

Prayer, Protest, Peace

"Freedom Day" est la suite de la première plage et en reprend le thème musical, la liberté est en vue mais à la fois tellement inaccessible. Initialement prévue pour un ballet, la composition "Triptych, Prayer/Protest/Peace" fait la liaison entre l’esclavage en Amérique et Afrique du Sud. Le déchaînement de cris et de colère est sans conteste le point culminant de l’album qui prend ensuite la direction de l’Afrique du sud avec les deux dernières plages. Dans "All Africa", hommage aux percussions d'Afrique, Abbey Lincoln énumère les noms de plusieurs tribus africaines. Enfin, "Tears For Johannesburg" est une réponse au massacre et la répression policière de Sharpeville du 21 mars 1960 qui s’est soldé par la mort de 69 manifestants noirs. 

Album concept, "We Insist ! Freedom Now Suite" mérite d’être écouté ou réécouté, 60 ans après son enregistrement. Pour Max Roach, qui a accompagné les plus grands, de Miles Davis à Charles Mingus en passant par Dizzy Gillespie et Charlie Parker les musiciens et leurs instruments ont un réel pouvoir de transmission :

Nous devons utiliser nos compétences pour raconter l’histoire dramatique que nous avons vécue.

Bonne écoute !