Il y a 30 ans sortait l'album "Where Rivers Join" de David Linx

Chanteur, compositeur, multi-instrumentiste, leader ou invité, David Linx est une personnalité incontournable du jazz belge. Une carrière débutée à la fin des années 1980, par une rencontre avec l’écrivain américain James Baldwin, quelques temps avant sa mort. Cela donnera l’album "A Lover’s Question", un magnifique tremplin dans la discographie de David Linx.

Depuis, le parcours de ce bruxellois né en 1965 est riche de très nombreuses rencontres. Fils de Elias Gistelinck (trompettiste mais également initiateur du festival Jazz Middelheim) il est tombé dans la musique dès son plus jeune âge. De Count Basie à Toots Thielemans en passant par Claude Nougaro, Maurane, Le Brussels Jazz Orchestra, Erik Truffaz, Rhoda Scott, Paolo Fresu, Harry "Sweets" Edison… David Linx prend plaisir à varier ses collaborations au fil des années. Une d’entre elle se transformera en une véritable complicité avec le pianiste Diederik Wissels. Un projet duo, vocal-piano, qui a permis aux deux musiciens de se produire régulièrement en concert et enregistrer de nombreux albums.

Viktor Lazlo en invitée

C’est en 1990, il y a 30 ans que sortait l’album "Where Rivers Join", enregistré en février de la même année à Anvers. David Linx chante Cole Porter, Lorenz Hart, Richard Rodgers, Mitchell Parish mais surtout ses propres compositions et celles de ses musiciens. Il est entouré de Jack Van Poll au piano, Hein Van de Geyn à la basse et Hans Van Oosterhout à la batterie. A noter le très beau morceau "Sister Ruth" ou encore "Let Me Be The One", une de ses compositions qu’il partage avec la chanteuse Viktor Lazlo.

Bonne écoute !

Le jazz à la RTBF