Il y a 30 ans s’éteignait Sammy Davis, Jr.

C'était sa formule : "Le seul artiste américain à la fois noir, juif et borgne (suite à un accident de voiture)". Sammy Davis, Jr. s’éteignait le 16 mai 1990 provoquant une grande perte dans le monde du spectacle.

Né à Harlem en 1925, Sammy savait tout faire, comédien, chanteur, danseur, imitateur, musicien… il était un véritable couteau suisse du divertissement. Des parents qui se séparent alors qu'il n'a que trois ans, c'est son père qui s'occupera de lui et le plongera très jeune dans le milieu du spectacle. Lui-même artiste, il lui apprendra les bases du métier. Ce petit noir gringalet se battra régulièrement tout au long de sa vie pour imposer sa couleur et son talent. Las Vegas, Hollywood, Broadway, il gravira petit à petit les échelons de la gloire tout en gardant les deux pierres sur terre en défendant plusieurs causes. Il se battra notamment contre la pauvreté et le racisme.

Je ne veux plus entrer en scène en courant et en gesticulant comme un amuseur noir pour les blancs, je veux arriver en marchant, la tête haute, comme un Monsieur qui a son nom en tête d’affiche

"Le Club Des Rats"

Dans les années 1950, il rejoint son ami Frank Sinatra pour former avec lui et Dean Martin "Le Rat Pack", une formation qui comprendra également d'autres artistes et qui mélangera avec succès musique et comédie. Gros fumeur à la vie dissolue, chétif dans son corps mais courageux et généreux dans la vie, rebondissant à de nombreux coups du sort, Sammy Davis, Jr. décédera le 16 mai 1990 à Beverly Hills des suites d’un cancer de la gorge.

En 1964, Sammy Davis, Jr. enregistre à New York l’album "Our Shining Hour" en compagnie du Count Basie Orchestra, les arrangements étant ceux de Quincy Jones. Un album sur lequel Sammy n'a rien a envier à un autre grand crooner, Frank Sinatra, son ami. Bonne écoute !