Goldman : Les Enfoirés, c'est des rondelles d'artistes

Christophe Bourdon va se faire traiter d'Enfoiré
Christophe Bourdon va se faire traiter d'Enfoiré - © RTBf

Vendredi soir avait lieu la grande soirée des Enfoirés au profit des Restos du Cœur. Au lendemain de ce magnifique spectacle qui réunit les plus grands talents de la chanson française, nous avons pu rencontrer en exclusivité Jean-Jacques Goldman et revenir avec lui sur cette belle aventure musicale.

Rencontrer Jean-Jacques Goldman quand on aime la chanson française, c'est comme voir une petite statue lumineuse de la Vierge Marie quand on est croyant. Alors, quand le chanteur décroche son téléphone et vous appelle par erreur – il cherchait à joindre Didier Bourdon – vous sautez sur l'occasion pour lui proposer une interview. Qu'il a acceptée, à notre grande surprise. Rendez-vous était donc pris samedi passé à Marseille, la ville où il réside désormais, dans un petit bar chatoyant de la Canebière, "La sardine peu chère".

 

Les Enfoirés fêtent cette année leurs 25 ans. Quel est votre moteur principal après tout ce temps?

JEAN-JACQUES GOLDMAN – La défense de la grande chanson française par de grands artistes. Quand j'entends Mimie Mathy reprendre du Edith Piaf ou Grégoire du Michel Berger, je me dis que les élèves n'ont rien à envier aux maîtres. Vous avez entendu Shy'm chanter "Boum" de Charles Trenet ? Rien que d'y repenser j'en ai des frissons...

A ce sujet, que répondez-vous à ceux qui vous reprochent d'être devenus un grand n'importe quoi musical au fil du temps?

JJG – Que nous sommes cohérents. Notre spectacle sert avant tout à récolter de l'argent pour offrir des repas aux démunis. C'est pour cela que nous faisons de la soupe.

Mais est-ce que la quantité n'a pas pris le pas sur la qualité ? Je me souviens par exemple d'une version acoustique de " Dis-lui toi que je t'aime " par Vanessa Paradis et Etienne Daho en 1999. Deux voix, un piano. C'était simple, pur et magnifique.

JJG – C'est votre avis. Personnellement, je trouve qu'il manque l'essentiel dans cette chanson.

Grégoire ? Patrick Fiori ? Zaz ?

JJG – Arrête, je suis sérieux, là. Je parlais des costumes. A refaire, j'habillerais Vanessa en radis pour faire un jeu de mots sur son nom, et Etienne Daho en ange suspendu à un câble, pour faire un autre jeu de mots sur "Etienne d'en haut".

Mais c'est quoi l'intérêt des costumes ?

JJG – Tu sais, si les gens viennent voir les Enfoirés aujourd'hui, ce n'est pas pour la qualité musicale. Sinon ils se barreraient dès que Mimie Mathy prend le micro. Ils viennent surtout pour le spectacle. Et un spectacle sans costume, c'est comme un "Mise au point" sans Olivier Maroy. Ça fonctionne, mais il manque ce petit plus qui fait la différence. Tu saisis la nuance ?

Euh... Non.

JJG - Je te donne un exemple, tu vas comprendre. Patrick Bruel qui chante "Avec le temps" de Léo Ferré, c'est sympa. Mais Patrick Bruel qui chante "Avec le temps" de Léo Ferré habillé en majorette, c'est génial ! Tiens, là, j'ai eu une idée pour l'an prochain : Chimène Badi et Tina Arena vont reprendre du Jacques Brel habillées en hamsters.

C'est quoi le rapport ?

JJG – C'est très simple. A la fin de la chanson, Pascal Obispo et Garou feront un sketch où ils diront "Ah ben dis donc, c'est sympa de faire chanter " Amsterdam " par deux hamsters dames". Parce que les Enfoirés, c'est aussi ça : des sketchs désopilants pour ponctuer les morceaux. Je me souviens de celui avec Kad Merad et Jean-Baptiste Maunier, le vieux jeune des Choristes, où ils parlaient de Facebook. Kad Merad pensait qu'on le traitait de "face de bouc". J'en pleure encore de rire.

Et pourquoi prendre autant d'artistes ? Ils étaient 40 cette année. Ce n'est pas un peu trop ?

JJG – Vous oubliez la fonction première des Enfoirés : venir en aide à son prochain. Depuis des années, notre tournée soutient de nombreux SDF.

Des Sans Domicile Fixe ?

JJG – Non. Des Sans Discographies Fixes. Mc Solaar, Chimène Badi, Lorie, Lââm, Liane Foly, Tina Arena... Tous ces artistes qui n'en touchent plus une depuis des années, et qui sont tellement contents de venir s'habiller en courgette ou en réverbère le temps d'une soirée.

Quand vous avez 10 personnes qui reprennent chacune des bribes d'une chanson, est-ce que ça n'est pas plus du zapping cacophonique que de la chanson ?

JJG – Crois-moi, quand tu entends la voix de Michèle Laroque, une phrase te semble déjà de trop. Et puis, quand tu vas à une soirée chez des amis, le petit saucisson de l'apéro, tu préfères qu'on te le serve entier ou en rondelles ? Ben voilà, les Enfoirés, c'est la même chose : des rondelles d'artistes.

Ah...

Tiens, tu me donnes une idée pour l'an prochain. Je vais habiller Maxime Le Forestier en poivron, Julien Clerc en oignon, Lââm en boudin, et je vais les enfiler sur une pique géante pour chanter "L'aigle noir" de Barbara. Et à la fin, Gérard Jugnot dira à Alizée " Eh bien ça c'est une belle brochette de talents ! " Génial, non ?

Vous espériez avoir Stromae cette année, mais il a refusé.

JJG – Oui, je sais. Note, j'aurais du m'en douter. Il suffit d'écouter ce qu'il fait pour se rendre qu'il a bon goût musicalement. Mais bon, vu la façon dont il s'habille, je me suis dit qu'on avait quand même une chance. Tant pis. A la place, dans les nouveaux venus, on a pris Michael Youn. C'est un peu notre Stromae à nous, non ?

Ben... Non.

JJG – Oui, je sais, t'as raison. Du coup, pour me venger, j'ai demandé à Grégoire, Lââm, Christophe Maé et Pascal Obispo de reprendre "Papaoutai". Un vrai massacre. Ça lui apprendra, au Belge. Note, j'avais eu une autre idée au départ.

Laquelle ?

JJG - Demander à l'équipe de France de football de reprendre le morceau, avec Jean-Pierre Papin. Ils auraient chanté "Papin outai". Excellent, non ?

Brillant.

JJG – Dany ?

Et sinon, on peut déjà avoir quelques révélations pour la prochaine édition ?

JJG – Oui. Le thème sera "toujours plus". Toujours plus de costumes, toujours plus de chansons massacrées, et toujours plus de monde sur scène. Là, Hélène Segara vient de m'appeler. Elle m'a dit que Joe Dassin était chaud boulette pour nous rejoindre.

Il est décédé depuis plus de trente ans.

JJG - Pas grave. Je lui ferai faire un duo avec Mimie Mathy, on n'entendra pas la différence.

 

 

Christophe Bourdon