Girls in Hawaii au Cirque Royal : "C'est bon de vous revoir!"

Girls in Hawaii
2 images
Girls in Hawaii - © copyright : Simon Vanrie

Intense soirée d'émotion et de retrouvailles ce jeudi entre les "Girls" et leurs plus grands fans belges, qui les ont aidés à gravir l' "Everest", soirée unique marquant un retour totalement réussi qui fait chaud au cœur.

Samedi 16 février 2008 fin d'après-midi, le souvenir est précis. Interview avec le groupe entre les balances et le concert prévu quelques heures plus tard dans un Cirque Royal qui affiche complet depuis des lunes. La tournée "Plan your escape" est sur les rails et le groupe goûte paisiblement à cette popularité toujours grandissante. Une fois sa batterie prête pour la fête, Denis vient nous rejoindre au milieu de ce temple complètement vide, s'accroupit à notre hauteur et nous lance un sourire complice dont il a le secret. On est parti pour refaire le monde...

 

Entre émotion et lévitation

 

Près de 6 ans plus tard, on ne peut s’empêcher de penser à ce moment simple et délicat à l'heure de s’asseoir dans les mêmes sièges et de retrouver enfin l'énergie et la finesse des Girls in Hawaii sur scène. Le décès de Denis a évidemment tout changé. Et pourtant, ils l'ont escaladée cette montagne, cet "Everest" qui symbolise si bien le défi de l'après ! Un set d'1h45 transpirant d'émotion mais qui va résolument de l'avant. Après quelques morceaux, Lio laisse échapper un "C'est bon de vous revoir !" tellement sincère qu'il n'y a rien à ajouter. The show must go on...

 

Ces 5 années d'expériences, d'épreuves, puis de gestation du nouvel album ont modifié leur son. Les morceaux d' "Everest" ouvrent la soirée et la place d'emblée dans une ambiance planante et habitée que le vieux "The fog" ne viendra que renforcer. Première félicitations pour François Gustin, magistral au clavier, qui se fond dans le groupe comme si il en avait toujours fait partie. "Wars" nous fait frissonner d'emblée.

 

Déjà 10 ans...

 

Il faudra quelques titres avant qu'Antoine ne retrouve sa frénésie légendaire sur "Time to forgive the winter" et nous rappelle à quoi ressemblait leur univers en 2003. On prend un petit coup de vieux mais cet incessant aller-retour constituera le plus grand plaisir de la soirée. On passe en effet d'une période à l'autre avec bonheur, Au rayon des nouveautés entêtantes, l'envolée sur "Switzerland" avec ses boucles et son crescendo magistral nous coupe le souffle et fait le contrepoint parfait à un duo avec An Pierlé, belle surprise sous un ciel étoilé. Le nouveau single "Misses" évoque l'absence avec une rare puissance, entre force et tendresse...

 

On joue constamment aux montagnes russes entre l'énergie rock et délicatesse folk, entre explosion et recueillement. Malheureusement pas de "Road to Luna" mais bien le sautillant "Grasshopper" qui en reprend quelques riffs. En rappel, un "Organeum" tout en finesse marque le retour d'An Pierlé, avant le "Found in the ground" qui démarre la machine à remonter dans le temps, à l’époque de nos premières interviews d'un groupe qui sortait un "Winter EP" si prometteur.

 

Un groupe qui soigne ses ambiances tant musicales que visuelles avec cette montagne métaphorique en fond qui sera habillée de milles atours selon les humeurs et qui rappelle à tout moment le chemin parcouru, tout comme cet incandescent "Flavor" final.

 

Ce retour tant espéré est donc une réussite totale, comme ce troisième disque "Everest", reflet musical aérien d'un deuil et d'une reconstruction en forme de pulsion(s) de vie(s). Le disque de l'année en somme! Un come-back qui touche profondément. Bravo et merci les gars !

 

François Colinet

Girls in Hawaii - Everest (62 TV / PIAS)

Et aussi