FùGù Mango : Romance extraterrestre

FùGù Mango : Romance extraterrestre
FùGù Mango : Romance extraterrestre - © DR

En gestation depuis plusieurs mois, le premier album de FùGù Mango offre un arc-en-ciel à la pop moderne. Multicolore, bourré d’envies métissées et d’un irrépressible besoin de danser, Alien Love voit le trio bruxellois tenter le coup parfait : un disque électronique chargé de mélodies acoustiques et de quelques tubes radiophoniques.

Début de l’année dernière, on s’est retrouvés sans batteur attitré, indique la chanteuse et bassiste Anne Fidalgo. Cette nouvelle donne a complètement bouleversé nos habitudes de travail. On s’est remis à utiliser des percussions électroniques, à programmer certaines mélodies sur des machines. À l’heure de publier son premier album, FùGù Mango s’avance officiellement en trio, avec un podium complété par les frères Vincent (chant, claviers) et Jean-Yves Lontie. Dans ce nouveau processus, nous avons dû apprendre à utiliser des logiciels et intégrer du synthé, explique ce dernier. Se familiariser avec ces nouveaux éléments, ça nous a pris pas mal de temps. L’avantage, c’est qu’à présent, nos références afro-pop s’ancrent dans un cadre beaucoup plus lisible. La généralisation des synthés diffuse en effet un parfum typique des années 1980 dans les nouvelles compos de Fùgù Mango. C’est amusant. Jusqu’à mes vingt ans, je pensais que je détestais la musique associée à cette période, remarque l’atout féminin de la formation. Je me sentais plutôt grunge. En vieillissant, je réalise que je me suis trompée. Il y a des tas de choses que j’aimais, que je connaissais parfois sans le savoir...

Alien Love abrite ainsi une dimension parallèle où se dandinent les noms de Duran Duran, Paul Simon, Cindy Lauper, Talking Heads ou Human League. Certains plans sont totalement inconscients, souligne le guitariste Jean-Yves Lontie. En écoutant un de nos morceaux, un ingé-son a même évoqué Fleetwood Mac. Sa remarque nous a intrigués. On connaissait assez mal ce groupe. En s’y intéressant, on a compris le rapprochement.

Ici, pourtant, pas question de resucées. FùGù Mango se détache des recettes éculées grâce à une production moderne, souple et ultra élastique : des arrangements qui tentent régulièrement le grand-écart entre envies exotiques et grand trip électronique. En cela, les mélodies du groupe bruxellois partagent les aspirations de quelques cousins anglo-saxons. On songe alors à Crystal Fighters ou Yeasayer.

 

Le Roi Soleil

Enregistré à Bruxelles dans l’antre des studios ICP, Alien Love est passé entre les doigts experts de Luuk Cox, maître d’œuvre de grands disques pour Stromae ou Girls in Hawaii. Mixé à Londres par Ash Workman (Christine & The Queens, Metronomy) et peaufiné du côté de Paris en compagnie d’Alex Gopher, figure légendaire de la "Frenchtouch", le nouvel album de FùGù Mango se donne les moyens de ses ambitions.

Jusqu’ici, nous n’étions jamais parvenus à transposer l’esprit de nos prestations en studio, indique Anne Fidalgo. Une fois enregistrées, nos chansons perdaient le feu sacré, l’intensité. Avec Alien Love, nous avons réussi à concilier nos atouts mélodiques et dynamiques. Avant, les gens écoutaient notre musique parce qu’ils nous avaient vu en concert. À présent, c’est l’album qui doit leur donner envie de nous voir sur scène.

Métamorphosé, FùGù Mango trouve enfin son équilibre : un juste milieu entre ses pulsions mélancoliques et des chansons résolument euphoriques. Dans le genre irrésistible, le single Blue Sunrise donne envie de croire au mythe de l’été éternel, à la toute puissance du dieu soleil. Ça doit être lié à notre nouvel environnement de travail, note Jean-Yves Lontie. Avant, nous répétions dans une cave sans fenêtre, un lieu très sombre, totalement isolé du monde extérieur. Aujourd’hui, nous avons emménagé dans un studio à la campagne : un endroit hyper lumineux. Entre les répétitions, on se prend des pauses dans un grand jardin au fond duquel coule une petite rivière. Comme quoi, c’est toujours bénéfique de se mettre au vert.

Larsen est le magazine de l'actualité musicale en Fédération Wallonie-Bruxelles. Edité par le Conseil de la Musique, il touche à tous les styles, du classique au contemporain en passant par le jazz, l’électro, le rock ou la chanson.

Le n°23 de Larsen est en ligne