Francofolies de Spa : jeudi au Jardin puisqu'il faut choisir !

Benjamin Biolay
3 images
Benjamin Biolay - © photo : Christelle Anceau

Deuxième jour proche de la canicule. Giedré, Barcella et Biolay font monter la température dans un village proche de la saturation.

Ce jeudi, le don d’ubiquité nous aurait été bien utile! La mort dans l’âme, on a fait une croix sur DAAN, Ozark Henry et Puggy pour privilégier des artistes plus rares dans nos contrées. Il y avait un peu de place dans notre planning pour Benjamin Biolay mais impossible d'entrer sur le site tellement la foule était dense. Il y a vraiment beaucoup de monde sous le soleil de Spa!

Les premières notes donneront le ton de la journée: chaud et nerveux mais sans se prendre au sérieux. Premier des deux trios féminins de la journée, avec Sirius Plan, on voyage dans l'Amérique profonde et les racines du rock. Quelques effluves du bayou et une reprise de "Proud Mary" pour emballer le tout. Sous le cagnard, on transpire déjà !

Cure de jouvence avec TAL

Alors que la scène Rapsat ouvre ce soir, une des stars les plus attendues du jour se produit au village dès 16h. La jeune TAL donne, en effet, rendez-vous à ses (très jeunes) fans belges pour la toute première fois. Le festival se lance là dans un rajeunissement des cadres puisque le cœur de cible descend sensiblement quelque part entre 10 et 15 ans. Toutes les ficelles sont usées jusqu'à la corde: sauter en l’air, taper des mains et faire des cœurs sans oublier le déhancher en petit top et short plus que mini.

On peut comprendre que cela plaise aux pré-ados (on est aussi passé par là). Si on pouvait juste nous épargner la très mauvaise reprise du "Get Lucky" de Daft Punk puisqu'il était écrit qu'on n'échapperait pas à celle d'"Envole-moi" même sans M. Pokora. Si seulement cet engouement incompréhensible pour des reprises, souvent insipides, de Goldman pouvait donner envie aux plus jeunes de découvrir les interprétations originales…

Tiercé gagnant pour le jardin des Francos

Ce nouvel espace nous plaît beaucoup, comme le trio Théodore Paul et Gabriel qui s'y produit au cœur de l’après-midi. Trois nanas biberonnées au rock des seventies. Des compos guitares - basse- batterie très efficaces qui rendent autant d’hommages à leurs aînés, des Beatles à Crosby, Stills, Nash and Young, et on en passe. Un batteur complète un line-up très doué qui réussi son double effet de surprise et de séduction. A revoir au BSF le 10 août!

Un peu plus tard au même endroit Barcella nous emporte encore plus loin que lors de son passage à LaSemo il y a quelques jours. On goûte à sa verve et à son flow dans de meilleures conditions et on s'éclate sur sa reprise du génériques des "Merveilleuses Cités d’or" dédiée aux trentenaires dont nous sommes. Mieux qu’un coup de cœur, la confirmation d’un beau talent, qui trace son chemin à la lisière des lumières de la gloire.

Notre petit cœur justement, bat désormais la chamade pour Giedré la déjantée. Iconoclaste à l'extrême, elle clive forcément les avis. Acceptant d’être conspuée par les uns, elle régale les autres par son esprit frondeur et son humour noir de noir. On jubile évidemment en entendant ses histoires de nains, de prostituées et de myopathes et son refrain phare "J'aimerais pouvoir pisser debout" ne peut que nous faire sourire dans notre corps pleins d’infirmités.

Le spectre est heureusement plus large, touchant en fait toutes les minorités visibles et toutes les zones interdites de nos rapports humains (pratiques sexuelles, différence homme - femme, pauvreté, famille, mort etc.) C’est hyper trash mais c’est du dixième degré. Giedré nous confie qu'elle s’amuse de nos travers sans jamais se moquer. Et cela fonctionne! Des centaines de spectateurs se lâchent et lui font un triomphe. Tout cela se termine en farandole au son de rimes scatologiques. Ouf, on peut décidément rire de tout… et avec beaucoup de monde'!

A demain…

 

François Colinet