Fabiola invente la Dracula Pop. De l'importance du storytelling pour les groupes rock et pop indé.

Les groupes de pop et rock indé sont nombreux sur la scène belge. Quelle est la stratégie pour faire vivre son groupe en 2020 ? Quelle évolution depuis les années 90 ? Fabrice Detry, ex-Austin Lace et The Tellers, aujourd’hui membre du groupe Fabiola évoque son expérience.

Fabiola est un groupe bruxellois fondé en 2017 par Fabrice Detry, Aurélie Muller, Antoine Pasqualini et Lucie Rezsöhazy. Le groupe créée une pop sophistiquée qui respire la joie mais avec des paroles moins légères que les mélodies. Fabiola respire la sympathie et le home made. Un groupe d’aujourd’hui en mode circuit court. Son premier clip a été tourné chez les commerçants du quartier à Schaerbeek.

 

2018 l’album, 2019 la tournée

Fabiola sort un premier album Check My Spleen en 2018 sur le label indépendant Dear Deer Records. Un album pressé à 600 exemplaires. Ils sont pratiquement tous écoulés. L’actu de cet automne c’est la sortie de You Crazy Diamond  sous forme d’un vinyl 45 tours qui relate une tournée en Italie à l'automne 2019 dans des mini-salles, du club à la pizzeria. Un morceau d’un genre nouveau : la Dracula Pop.    

4 images
Fabiola invente la Dracu Pop ©  Stéphane Déplan

3’25’’ de musique pour un clip de 9’20’’ : est-ce bien raisonnable ?

La mélodie catchy de You Crazy Diamond cache un sujet obsédant pour tout artiste : la quête effrénée de la création " parfaite " et pourquoi s’y accrocher envers et contre tout. Cette quête esthétique, elle te dépasse et elle t’avale nous dira Fabrice Detry. Pour accompagner la sortie du morceau, Fabiola dézingue le clip traditionnel avec un objet video de plus de 9 minutes. Un making off de la tournée italienne sous forme de recette pour créer le clip idéal: road trip en mini van, logements aux ambiances lynchéennes, public clairsemé et 200% de conviction : une mise en abyme de la rock’n roll attitude on tour. La drogue en moins.

 

Fabrice Detry : une expérience de 25 ans dans le rock en Belgique.  

Fondateur du projet Fabiola, Fabrice Detry compose de la musique depuis les années 90. Avec le groupe Austin Lace (3 albums) puis le groupe The Tellers (3 albums et deux tournées US) et Hallo Kosmo (1 album). Si sa passion d’auteur et de musicien est intacte, ses motivations et le but à atteindre avec Fabiola sont très différents d’il y a 20 ans. L’internet, les réseaux sociaux, les communautés et le storytelling sont passés par là. Rencontre.

 Ne dites plus public, dites communauté

J’ai complètement revu ma manière de voir la musique et l’ambition qu’on peut y mettre. Ce n’est pas réduire son ambition que de l’adapter à son public, à sa communauté. On est dans une notion de partage. Aujourd’hui, la musique est considérée comme du divertissement. Mais en fait non. On se saigne pour apporter un petit élément qui n’est pas marchand, mais un objet culturel qui s’échange et qui se partage. Ce petit diamant qu’on donne gratuitement finalement, c’est une manière de sortir de la marchandisation et de rentrer dans un plaisir plus esthétique qui nous permet d’ouvrir un peu notre esprit. Et pour moi, le statut d’artiste c’est la moindre des politesses: ça nous permet de continuer à créer, de vivoter et de donner aux gens gratuitement. Avec une reconnaissance sociale.

Le disque n’est plus la source de revenus principale d’un groupe

On est dans une micro-économie, mais qui doit être rentable: l’idée c’est que le label puisse rembourser son investissement pour pouvoir sortir le disque suivant. Et ça génère des concerts pour lesquels le groupe sera payé. Et il y a aussi les droits d’auteur. L'idée n’est plus de gagner sa vie uniquement par ce biais-là (la sortie de disques).

4 images
Fabiola invente la Dracu Pop © Stéphane Déplan

L’image et le storytelling : une stratégie indispensable pour un groupe aujourd’hui

Je commence seulement à 43 ans à comprendre ce que c’est le storytelling. J’en étais très loin. On a lancé ce concept de Dracu Pop: on se fait peur un peu, mais au final ça reste léger, ça reste de la pop. C’est ça le storytelling : donner un point d’attention pour les gens. Le secret c’est l’équipe et le réseau : avoir les bonnes personnes pour parler storytelling.

Dans le long clip de You Crazy Diamond, l’idée est simple: raconter le groupe, une fameuse bande de potes qui s’amuse, même si la vie est vicieuse, selon les mots de Fabrice Detry. Et les 9’20’’ sont un choix assumé parce que le public a envie qu’on soit généreux.

Une équipe plutôt qu’un leader

Au sein de Fabiola, les musiciens développent d’autres projets. Antoine Pasqualini développe Monolithe Noir. Blondy Brownie, Tresor, Vilain Tigre sont les projets parallèles d’ Aurélie Muller. Fabrice n’y voit que des avantages.

Là aussi on a grandi. Avant on se jalousait un peu chaque fois qu’il y en avait un qui avait une virée personnelle. Ici chacun vole de ses propres ailes, fait ses sorties et revient au projet. Quand tu n’es plus leader mais seulement soldat du projet, tu peux lâcher prise. Il y a un plaisir incommensurable à pouvoir donner de l’énergie sans se poser la question de la réussite, tu portes moins les choses [seul].

Quel serait le cadeau suprême pour Fabiola ?

Il est accessible: ce serait de trouver un public dans chaque pays, y compris dans les pays anglophones. Je sais que ma musique se partagerait encore plus là-bas si j’avais les moyens logistiques de m’y rendre.  

4 images
Fabiola invente la Dracu Pop ©  Stéphane Déplan