En attendant un nouveau chef, Beethoven et la France au menu du Philharmonique de Berlin

Sir Simon Rattle, 60 ans, a annoncé il y a deux ans qu'il quitterait mi-2018 le pupitre d'un des plus célèbres orchestres au monde. Dès septembre 2017, il sera le chef du London Symphony Orchestra.

L'élection de son successeur, une singularité du Philharmonique de Berlin, se prépare "dans le plus grand calme", a assuré lors d'une conférence de presse Ulrich Knörzer, un représentant de l'orchestre. Cette fois-ci, il ne sera pas demandé à tel ou tel chef s'il est intéressé ou pas.

En présentant la saison du Staatsoper, une autre institution musicale de Berlin, l'Israélo-Argentin Daniel Barenboïm, 72 ans, a assuré en souriant: "Je ne suis pas candidat". Ce qui n'est toutefois pas nécessaire pour être élu.

Un sondage non représentatif du quotidien Berliner Morgenpost et de la radio publique régionale RBB auprès du public de la Philharmonie plaçait le jeune Letton Andris Nelsons, 36 ans, largement en tête des favoris. L'avis du public "ne joue aucun rôle" dans le vote des musiciens, a néanmoins martelé M. Knörzer.

Le 11 mai, dans un endroit tenu secret de la capitale allemande, 124 musiciens éliront leur chef. Ils auront au préalable été dépouillés de leur téléphone portable.

Et pour ménager le secret, la presse sera conviée à un point de rendez-vous d'où elle sera conduite au lieu de l'annonce, environ deux heures avant le moment fatidique.

Pour sa saison 2015/2016, Sir Simon va diriger le Philharmonique pour 64 concerts et dix opéras, dont un cycle complet des neuf symphonies de Beethoven, qu'il emmènera aussi sur les routes vers Paris, Vienne, New York et Tokyo.

"Pour nous tous, il (Beethoven) est le centre du monde", a expliqué le chef britannique. "C'est comme de se regarder dans un miroir, et il vous renvoie un reflet (...) beaucoup plus précis que la haute définition."

L'autre temps fort de la saison sera la musique française, de Lully à Besty Jollas, qui fêtera en 2016 ses 90 ans, en passant par Rameau, Saint-Saëns, Berlioz ou Boulez, et une pièce inconnue de Debussy récemment retrouvée.