Dour jour 2 sous un soleil de plomb

Dès le début de l’après-midi, une petite voix intérieure dit à tous les festivaliers de se coucher dans l’herbe pour pouvoir bronzer calmement devant la Last Arena. Mais évidemment, personne n’est à Dour pour cela. Tout le monde veut découvrir des talents, danser et chanter jusqu’au bout de la nuit. Aucun nom ne se détachait sur le programme de ce début d’après-midi jusqu’à ce que quelqu’un nous annonce de foncer voir Coely. Cette jeune belge de 19 ans a mis tout le monde d’accord avec son flow incroyable et son énergie sur scène. Son tube " Ain’t chasing pavements " est une pépite  et Dour n’a une fois de plus pas failli à sa réputation de découvreur de talents. 

5 images
Scylla © photo : Johan Lolos - Belgian Music Festival

De talent, il continue d’en être question lorsque l’on arrive dans le DanceHall pour voir Scylla, l’une des valeurs sûres du hip-hop belge. Son album Abysses et sa prestation sur scène ne laissent pas la place au doute, nous sommes face à une des valeurs montantes de la scène rap francophone, même si il évolue dans un style complètement différent de Veence Hanao qui s’était produit lors du premier jour du festival.

5 images
Odezenne © photo : Johan Lolos - Belgian Music Festival

On reste dans le hip-hop pour aller voir Odezenne se produire. Leur album OVNI était déjà très bon et il en va de même pour leur nouvel opus, sorti en 2012, Edition Louis XIV.  Une prestation énergique et encourageante devant une base de festivaliers connaisseurs pour un bon moment passé sous la Boombox. 

5 images
Fritz Kalkbrenner © photo : Johan Lolos - Belgian Music Festival

Il est des coins de Dour qu’on n’explore que trop rarement, c’est clairement le cas de la RedBull Elektropedia qui prend, pendant cette après-midi ensoleillée des allures de SpringBreak à l’américaine. Les écrans géants disposés à l’extérieur du chapiteau font le bonheur de tous. Danser sur la musique de Fritz Kalkbrenner (le frère de l’autre) en plein soleil est un pur régal. Certains festivaliers sont venus nous dire qu’ils avaient l’impression d’ " être dans un autre pays ". Impression confirmée. La force de Dour est définitivement ce mélange de genres, cet éclectisme. Le metal et l’électro se côtoient sans aucun problème à moins de 100 mètres de distance.

Les Surfing Leons sillonnent les festivals belges depuis de longues années déjà. Mais cette édition du festival est un peu différente car ils ont invité Miss Eaves à accompagner leur musique sur scène, cela donne un mélange de hip-hop/électro très intéressant et le résultat est bon ! Miss Eaves se donne sur scène et sa voix accompagne parfaitement les beats de Surfing Leons. 

5 images
The Vaccines © photo : Johan Lolos - Belgian Music Festivals

Mais la tête d’affiche de la soirée était incontestablement The Vaccines. Les anglais étaient déjà en terrain conquis sur la Last Arena (plusieurs jeunes filles étaient d’ailleurs amassées devant la scène, rêvant de voir enfin le beau Justin Hayward-Young leur changer Post Break-up Sex les yeux dans les yeux.

Amon Tobin venait présenter Two Fingers dans la Dance Hall et ce fut un véritable succès, il était tout simplement impossible de rentrer dans le chapiteau, celui-ci étant bondé. La foule continuait même derrière celui-ci pour se dandiner sur les beats de ces acolytes. Un plaisir auditif pour les amateurs les plus pointus de musique électronique ! Et une belle façon de clôturer cette journée qui marque (déjà) la moitié du festival.

Ce samedi, les festivaliers pourront voir Flying Lotus, Devendra Banhart, Simian Mobile Disco ou encore Joy Orbison et beaucoup d’autres, évidemment ! Du soleil, de la musique, et de l’amour, tous les paramètres sont réunis pour passer une superbe journée !

 

Romain Adam - Belgian Music Festivals