Deux opéras contemporains créés au prochain Festival d'Aix-en-Provence

2 images
- © rtbf

Deux opéras contemporains aux préoccupations sociales affirmées seront donnés en création mondiale aux côtés de nouvelles productions mozartiennes et d'ouvrages baroques dans le cadre du 64e Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence, qui se déroulera du 5 au 27 juillet.

L'une de ses créations, "Une situation Huey P. Newton", s'inspire de l'histoire des fondateurs des Blacks Panthers, Bobby Seale et Huey P. Newton, pour évoquer "la fracture sociale" dans les cités françaises. Totalement atypique, cette oeuvre conçue par Jean-Michel Bruyère, à l'origine plasticien, et son groupe international d'artistes LFKs, se situe à la croisée entre opéra et installation, mêlant créations visuelles, textes, chants et films. Elle intègre deux jeunes d'un quartier défavorisé d'Aix-en-Provence et sera donnée pour un public itinérant. Les compositeurs, Thierry Arredondo et Laurent Dailleau, travaillent sur les musiques électroniques.

Autre création contemporaine, "Written on Skin", du compositeur britannique George Benjamin, sera interprétée par le Mahler Chamber Orchestra. Inspirée d'une légende occitane du XIIe siècle, elle raconte comment un artiste, chargé de réaliser un livre d'enluminures, fait irruption dans la vie d'un couple amenant l'épouse à se rebeller contre son mari, riche propriétaire terrien, par delà les contraintes sociales. L'oeuvre, dont le texte a été écrit par le dramaturge anglais Martin Crimp, "explore les conséquences explosives de la découverte de soi, et les limites du pouvoir qu'un être humain peut exercer sur un autre", selon les organisateurs.

Fantaisie lyrique plus qu'opéra, "L'Enfant et les Sortilèges", fruit d'une étonnante collaboration entre le compositeur français Maurice Ravel et l'écrivain Colette, est présenté dans une version de chambre de Didier Puntos. Il y exalte la dimension intimiste de l'oeuvre qui partira ensuite en tournée dans cinq villes marocaines.

Dans le théâtre en plein air de l'Archevêché, une tragédie biblique rarement représentée, "David et Jonathas" de Marc-Antoine Charpentier, met à l'honneur la musique baroque, avec William Christie à la tête de son ensemble Les Arts Florissants.

Cette oeuvre, qui raconte l'amitié entre le berger David, vainqueur de Goliath, et le fils du roi Saül, Jonathas, "se déroule sur un décor de guerres tribales, de renversements d'alliances, d'identités meurtrières", selon le directeur du festival, Bernard Foccroulle. Pour lui, "nul besoin d'expliciter les résonances actuelles d'une telle oeuvre, au moment où un peu partout (...) les conflits ethniques et religieux laissent de profondes blessures..."

Les jeunes chanteurs et instrumentistes de l'Académie baroque européenne d'Ambronay, dirigés par le chef argentin Leonardo Garcia Alarcon, interprèteront une oeuvre vive et fraîche de Rossini, "La Cambiale di Matrimonio".

De nouveau à l'honneur, Mozart ouvrira le festival dans le Théâtre de l'Archevêché avec "Les Noces de Figaro", dirigées par Jérémie Rhorer à la tête de son orchestre Le Cercle de l'Harmonie, qui joue sur instruments d'époque, avec en vedette la soprano Patricia Petibon. "La Finta Giardiniera" de Mozart figure également au programme du festival qui s'accompagne de récitals, de concerts symphoniques, de musique de chambre et de musiques du monde.

AFP Relax News