Denijs de Winter, l'accordeur de piano en quête de la couleur des sons

Comme les musiciens, Denijs de Winter parle de "la couleur des sons" qui s'envolent des pianos qu'il choie pour les plus grands pianistes depuis cinquante ans et, depuis 31 ans, pour le Festival de la Roque d'Anthéron dont il est l'accordeur.

Il a accompagné l'élite des pianistes classiques lors de tournées mondiales, parmi lesquels Martha Argerich, Maria Joao Pires, Maurizio Pollini et Alfred Brendel. Il a également mis son savoir au service des grands noms du jazz, comme Keith Jarrett durant trente ans, ou Chick Corea.

"J'ai suivi Krystian Zimerman durant quinze ans. Avec lui, je partais en tournée avec le même piano et faisais le tour du monde une fois pas an", raconte Denijs de Winter, Belge flamand né en 1947 à Anvers.

Mais le plus souvent, le piano est loué sur place. "Les artistes se retrouvent devant un piano qu'ils ne connaissent pas et qui n'est pas forcément en bon état. S'exprimer devient plus difficile pour eux", témoigne-il, "car la réussite d'un récital est certes technique mais il faut que l'instrument soit apte à exprimer ce que l'on veut créer".

Or jouer en plein air, sous les platanes et séquoias centenaires du parc du château de Florans, à la Roque, sur une scène posée par-dessus un bassin d'eau où s'invitent les cigales et parfois le mistral ou la pluie, rend les choses "un peu compliquées pour les artistes. C'est pour cela qu'ils demandent tellement de l'instrument", explique Denijs de Winter.

Un seul, Grigory Sokolov, refuse catégoriquement de jouer en extérieur. Aussi, pour ce 35e festival, du 24 juillet au 21 août, le Grand Théâtre de Provence, à Aix-en-Provence, lui est-il réservé. "C'est quelqu'un d'extrêmement sensible au clavier", justifie l'accordeur.

"Dans leur jeu, les pianistes utilisent toutes les couleurs" des notes du piano. C'est à ce moment-là qu'intervient l'accordeur, lorsqu'ils "cherchent la couleur et ne la trouvent pas, à cause de l'instrument".

'C'est très vivant, un piano'

Dans son laboratoire, à la Roque d'Anthéron, sous les dédicaces signées par les plus grands, aidé de deux assistants (un Anglais et un Allemand), Denijs de Winter ausculte tous les jours les pianos qui lui sont apportés sur une plate-forme tirée par un tracteur, selon le même cérémonial que le soir, à l'issue du concert.

La scène est pittoresque et le mode de transport efficace: "On a conçu une machine hydraulique spéciale sur pneumatique" afin de supprimer toute secousse.

Le matin, cinq ou six pianos, sur 14 disponibles, sont transportés sur la scène. L'interprète du jour en choisit un sur lequel les accordeurs font des réglages: ils ajustent par exemple la légèreté du clavier ou l'enfoncement des touches.

"Je les modifie un peu pour le plein air. Je leur parle. C'est très vivant, un piano, bien qu'ils paraissent un peu gros et lourds, c'est beaucoup plus sensible qu'un violon", s'enthousiasme Denijs de Winter. Tombé amoureux de l'instrument à 11 ans, il y consacre depuis sa vie.

Chaque piano est sensible à la température, à l'humidité car "la couleur du son change. Elle est différente quand l'air est à 40% d'hygrométrie ou à 80%. Il faut alors travailler les marteaux, mettre plus d'air dedans, les travailler pour qu'il y ait plus de rondeurs, plus de puissance", détaille-t-il.

Et ce qui le "passionne" c'est bien de révéler "l'échelle de variété de sons et de couleurs que contient chaque instrument".

Steinway & Sons est la marque la plus répandue chez les virtuoses mais Denijs de Winter invite aussi d'autres facteurs moins connus. "Je veux utiliser ma notoriété pour contribuer à les faire connaître" et 15 à 20% des artistes adoptent finalement d'autres marques.

Comme chaque année, l'accordeur est "un peu stressé" par les soixante concerts à venir à la Roque... et par les prévisions météorologiques. Mais au niveau acoustique, il n'a aucune crainte. Avec une conque réaménagée qui entoure la scène, la Roque "est devenue une salle de concert, avec un retour du son pour les artistes et le public entend très bien, même au dernier rang".