De Tchaïkovski à Mozart, Mireille Mathieu en mode classique

Le 44e album studio français de Mireille Mathieu sort vendredi 9 novembre
Le 44e album studio français de Mireille Mathieu sort vendredi 9 novembre - © AFP PHOTO / POOL / LIONEL BONAVENTURE

Tchaïkovski, Brahms, Schubert, Mozart... pour la première fois en 54 ans de carrière, Mireille Mathieu se frotte à des airs d'anthologie de la musique classique, avec la complicité de Claude Lemesle, l'un des grands paroliers de la chanson française.

Dans les bacs vendredi, le 44e album studio français de la Demoiselle d'Avignon qui a fêté ses 72 ans en juillet, regroupe 18 titres en sept langues (français, allemand, russe, italien, espagnol, latin, anglais) avec souvent des paroles inédites. Claude Lemesle a ainsi mis en chanson le célèbre concerto pour piano numéro 1 opus 23 de Tchaïkovski. Aucun parolier n'avait travaillé avant lui sur ce thème emblématique composé entre novembre 1874 et février 1875.

Premier extrait de cet album classique qui permet à Mireille Mathieu de démontrer une nouvelle fois l'étendue de son registre vocal, "Le Premier regard d'amour" évoque la maternité. Claude Lemesle, 72 ans, signe les paroles de quatre autres titres abordant des sujets inédits sur des compostions de Verdi, Brahms ou Tárrega. Intitulé "Mes Classiques", l'album a été entièrement enregistré avec les 90 musiciens et choristes de l'ensemble symphonique de Prague, et remasterisé aux mythiques studios Abbey Road de Londres.

Mireille Mathieu reprend aussi "Ave Maria" de Franz Schubert ou encore la version originelle d'"Amazing Grace", célèbre cantique chrétien anglo-saxon composé en 1835 par le Britannique William Walker. "Mon enfance a été bercée par de grands airs d'opéra. Mon papa avait une voix ténor. A la maison, il chantait souvent Carmen, Tosca et beaucoup d'autres", a confié à l'AFP Mireille Mathieu, qui reprend aussi des airs de Fauré, Handel, Offenbach et Cesar Franck.

"Comme une thérapie"
Très affectée par la mort de sa mère en 2016, la chanteuse s'exécute quand un proche lui conseille "d'écouter et de chanter des œuvres classiques. Cela a été très bénéfique, comme une thérapie...". "Il y a longtemps que je rêvais de chanter du classique. Ce disque m'a donné la possibilité d'aller encore plus loin sur le plan vocal. L'expérience a été très enrichissante et gratifiante", dit Mireille Mathieu qui a donné carte blanche à Claude Lemesle pour les textes et adaptations.

Pour les deux clips qui accompagnent l'album, le président tchèque Milos Zeman lui a ouvert le château des rois de Bohème, à Prague. Pas de retour sur scène programmé pour le moment en France, mais une série de concerts en Allemagne, en République Tchèque et en Russie, notamment à Moscou.

Élevée en septembre au rang de Docteur Honoris Causa de l'Université d'État des sciences humaines de Moscou, Mireille Mathieu partageait avec Charles Aznavour le titre d'ambassadeur de la chanson française. "Grâce à mes chansons, j'ai l'immense chance depuis plus de cinquante ans de représenter notre belle langue à travers le monde. Je vais continuer seule désormais...", promet-elle, un brin de tristesse dans le regard.

"Made in France", son précédent album avec des reprises de chansons populaires françaises, est sorti en 2017. Depuis ses débuts le 28 juin 1964, Mireille Mathieu, aînée d'une famille modeste de 14 enfants, a vendu 200 millions de disques selon Sony Music, dont 55 millions de singles et a enregistré plus de 1.200 chansons, en 11 langues.