De A comme "Aminches" à Z comme "Zonard", le petit Renaud illustré

Renaud sortira un nouvel album le 8 avril
Renaud sortira un nouvel album le 8 avril - © AFP PHOTO/STEPHANE DE SAKUTIN

Artiste sensible et engagé, Renaud, dont le nouvel album sort le 8 avril, s'est distingué dès ses débuts par une personnalité et des textes singuliers qui font de lui un chanteur à part. Petit lexique de l'univers "renaudien".

A COMME AMINCHES

Ami, en argot. Renaud appelle ses fans "les aminches" en référence aux "aminches, aux escarpes et aux marlous" de sa chanson,"Les Aminches" (album Paname, 1975).

B COMME BANDANA

Le chanteur est inséparable de son foulard rouge noué autour du coup devenu son emblème, avec ses bottes de cow-boy et son blouson de cuir.

C COMME COLUCHE

L'humoriste fut son grand ami et il lui dédia le titre "Putain de camion" en 1988, après sa mort dans un accident de moto deux ans plus tôt. Il le cite dans son nouvel album, comme Pierre Desproges et Georges Brassens.

D COMME DOCTEUR RENAUD, MISTER RENARD

Référence à l'oeuvre de Robert Louis Stevenson "L'Etrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde". La chanson "Docteur Renaud Mister Renard" oppose le Renaud sobre au Renaud sombre qui a un penchant pour la bouteille, à l'image de Gainsbourg et "Gainsbarre". Place aujourd'hui à "Renaud le Phénix".

E COMME ÉNERVANT 

A la fin des années 80, il se surnomme lui-même "chanteur énervant", une façon d'assumer son statut de "poil à gratter" et d'artiste engagé, soutien de François Mitterrand.

F COMME FUTAL 

Pantalon en argot. Le mot revient dans plusieurs titres comme "Laisse béton" ("Y m'a filé une beigne, j'ai filé une mandale, m'a filé une châtaigne, j'y ai filé mon futal").

G COMME GONZESSE

Dans les textes de Renaud, c'est une façon tendre de parler des femmes. Il l'emploie dans une vingtaine de titres dont "Ma Gonzesse" et "Morgane de toi".

H COMME HLM

Dans le titre "Dans Mon HLM", Renaud montre ses talents d'observateur de la vie urbaine. C'est dans la HLM de son frère aîné, Thierry Séchan, dans le 13e arrondissement de Paris, que le chanteur a puisé une partie de son inspiration.  

I COMME ISLE-SUR-LA-SORGUE

La commune du Vaucluse, où il habite depuis plusieurs années, est devenue son repaire.  

J COMME JOURNALEUX 

Dans plusieurs chansons, Renaud règle ses comptes avec la presse à scandales. Dans "Toujours debout", premier extrait de son nouvel album, il fustige "ces chasseurs de primes, paparazzis en embuscade, qui (le) dépriment, et qui n'impriment, que des ragots, que des salades".

K COMME KEUFS

Flics en verlan. Renaud, qui a longtemps chanté son animosité envers la police, est revenu à de meilleurs sentiments depuis les attentats de 2015 en France. "Moi, le bouffeur de flics, j'ai viré ma cuti", confesse aujourd'hui celui qui chante "J'ai embrassé un flic" dans son nouvel album.

L COMME LAISSE BÉTON

En 1975, Renaud écrit son premier mot de verlan qui va faire fureur dans les cours de récréation et réintroduire ce langage particulier. Pour les non-verlanophones, "laisse béton", c'est "laisse tomber".

M COMME MISTRAL GAGNANT

Sortie en 1985, cette célèbre ballade, écrite par Renaud pour sa fille Lolita, est une évocation nostalgique de son enfance au travers d'une confiserie aujourd'hui disparue. Elle a été élue "chanson française de tous les temps", selon un sondage BVA-Doméo réalisé en 2015.  

N COMME NORD

Dans son 10e album studio "Renaud cante el' Nord", le chanteur compose des chansons en picard du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Petit-fils de mineur, il a tourné dans le film "Germinal" de Claude Berri, sorti en 1993.

O COMME OSCAR

Le prénom de son grand-père maternel, qui a travaillé dans les mines du nord de la France, puis à l'usine. Renaud lui rend hommage dans le titre du même nom.

P COMME PANAME 

"Amoureux de Paname", titre du premier album de Renaud, sorti en 1975, où il chante sa passion pour la capitale. Paris reviendra dans une multitude de titres dont "Le gringalet", "Adieu minette" ou "Le retour de Gérard Lambert".

Q COMME QUATORZIEME ARRONDISSEMENT

Enfant du 14e arrondissement, Renaud lui consacre une chanson entière "Le blues de la porte d'Orléans. "Le 14e arrondissement, c'est mon quartier d'puis vingt-cinq berges...".

R COMME RENAUD

... Séchan, son vrai patronyme. Un nom qui sera par défaut celui de son nouvel album, qui n'a pas de titre. 

S COMME SALOPE

La toute première chanson écrite et composée par Renaud, l'année de ses seize ans, s'intitule "Crève salope". Avec ses copains étudiants, il l'a chantée a capella dans la Sorbonne occupée en 1968. La "salope" en question, c'est la société de l'époque.

T COMME TATATIN

Le cri de guerre de Renaud que l'on retrouve, entre autres, dans "Les aventures de Gérard Lambert" ou "Dès que le vent soufflera". Il annonce en général un boucan d'enfer, quelque chose de spécial...

U COMME USINE

Renaud a souvent chanté l'usine et le monde ouvrier comme dans son titre "Son bleu", mélange du portrait de son grand-père et d'un ouvrier à la retraite. 

V COMME VIENS CHEZ MOI

"Viens chez moi, j'habite chez une copine", l'un des plus gros succès de Renaud devenu la musique et le titre du film de Fabrice Leconte sorti en 1981, avec Michel Blanc et Bernard Giraudeau. 

W COMME WHEN I HAVE RENCONTRED YOU

Les premières paroles de la chanson "It is not because you are" où Renaud raconte dans un franglais très personnel une "story d'amour".

X COMME...

Renaud parle peu de sexe dans ses chansons mais les fins connaisseurs de son oeuvre savent qu'il avait repris "La jeune fille du métro", une vieille chanson paillarde qui commence par "C'était un' jeun' fill' chaste et bonne Qui ne r'fusait rien à personne".

Y COMME YUPPIE

Renaud aime distiller dans ses textes des vocables à la mode. Ainsi, le terme "yuppie" qu'il introduit en 1994 dans sa chanson "Adios Zapata" sur le trafic de drogue, comme il fera plus tard avec les "Bobos". 

Z COMME ZONARD

Marginal qui habite les quartiers pauvres de banlieue et souvent représenté dans les chansons de Renaud.

(Réalisé notamment avec l'ouvrage "Parlez-vous le Renaud ?" de Méziane Hammadi, Editions Le Bord de l'eau, 2006)