Concert de U2 en Russie: Greenpeace et Amnesty empêchés de manifester

3 images
- © rtbf

La police russe a évacué mercredi les tentes de Greenpeace et Amnesty International et interpellé des militants en marge du concert du groupe irlandais U2 à Moscou, où son leader Bono a chanté avec une star du rock russe anti-Kremlin, a-t-on appris jeudi auprès des participants.

"Les tentes d'Amnesty International, Greenpeace et de the ONE campaign (spécialisée dans la lutte contre le sida) ont été évacuées par la police qui n'a pas autorisé (à ces ONG) de collecter les signatures et parler aux gens", a déclaré à l'AFP Ivan Blokov, militant de Greenpeace.   "Plusieurs militants d'Amnesty ont été interpellés", a-t-il ajouté,
précisant que leur action avait été accordée avec les organisateurs du concert.

Selon la police, les organisateurs de la manifestation ont été emmenés au commissariat "pour une conversation prophylactique".  "On leur a expliqué que les concerts et les actions politiques sont deux choses différentes", a indiqué un responsable de la police de Moscou cité par l'agence Interfax, affirmant que "personne n'avait été interpellé".

Près de 80.000 personnes ont assisté mercredi au concert de Bono qui a chanté avec Iouri Chevtchouk, leader du groupe culte DDT connu pour ses prises de position contre le pouvoir en Russie. Le musicien russe et plusieurs autres artistes, écologistes et défenseurs des droits de l'homme avaient écrit à Bono avant sa rencontre avec le président
russe mardi, lui demandant d'"attirer l'attention de Dmitri Medvedev" sur les atteintes aux libertés en Russie.

Belga