Chassol, peintre sonore du réel

Chassol et son piano magique pour le spectacle "Big Sun"
Chassol et son piano magique pour le spectacle "Big Sun" - © @ DR Tricadel

Le compositeur français touche-à-tout sera de passage ce vendredi aux Halles de Schaerbeek pour son projet Big Sun tourné à la Martinique dans lequel il colore les images de multiples sons.

 

Il est de ces spectacles qui vous emmènent loin, qui vous transportent ailleurs.

 

Et cela pas seulement par le choix de la thématique qu'est la Martinique. Certes, Christophe Chassol, compositeur de 38 ans en est originaire et nous emmène avec lui lors de ses errances, mais il nous montre surtout l'île au-delà des clichés autour du zouk et par le biais d'un procédé audacieux nommé "ultrascore". En gros, Il a tourné des heures et des heures d'images de scènes de la vie quotidienne des habitants et est également parti à la rencontre des musiciens, chanteurs et orchestres au moment d'un carnaval local. La sélection faite, il a réalisé un montage dynamique fait de coupes, de boucles et de répétitions de séquences sur lesquelles il a composé des harmonies ou rajouté une couche musicale classique ou jazzy au piano.  

 

Celle-ci est d'ailleurs rajoutée en live (également à l'aide d'une batterie) et amplifie l'impression sensorielle de proximité avec une réalité pourtant lointaine. On se retrouve au milieu d'une fanfare aux percussions multiples, on entend les dominos claquer lors d'une partie enflammée, on se surprend à toucher les ailes des oiseaux sifflés par un chanteur de l'île. Une harmonisation des accents, des saveurs et des légendes qui permet surtout au spectateur de plonger tant ses yeux que ses oreilles au cœur d'un monde qu'il n'a souvent que fantasmé.

 

De formation classique et passionné depuis tout petit par les musiques de films dont il a depuis fait son métier, Chassol a puisé dans ses influences (Ennio Morricone, West Side Story, le procédé du Mickey Mousing inventé pour l'illustration des films de Disney) pour créer un spectacle aussi intéressant que rare. Après la Nouvelle Orléans et l'Inde desquels il avait ramené les projets Nola Chérie et Indiamore, il termine donc sa trilogie par Big Sun qui sera joué vendredi soir dans la grande salle des Halles de Schaerbeek. Une belle manière d'être transporté loin et de se réchauffer le cœur en plein hiver bruxellois. 

 

David Salomonowicz