Cascadeur et Cocoon charment les Nuits Botanique

3 images
- © rtbf

Après Sufjan Stevens en hors d'oeuvre psychédélique et la soirée Congotronics vs Rockers, les Nuits ont pris leur rythme de croisière avec 5 propositions musicales dans 5 lieux différents.Frustration évidemment puisqu'il est physiquement impossible de tout voir. On a donc choisi le Cirque royal où les prestations de Cascadeur et de Cocoon étaient très attendues.

Ça y est, le marathon est lancé ! Nous voila repartis pour une série de soirées ou les groupes s'enchaînent et notre résistance physique est mise à l'épreuve. 3 groupes par soir en commençant à 20h, il faut tenir la forme ! Et ne pas s'offusquer des bruits des conversations autour de nous alors que le premier monte sur scène. C'est parfois irritant mais c'est inévitable si on veut offrir à de jeunes artistes l'occasion de se produire devant un public nombreux.

Les gantois de Bony King Of Nowhere en ont fait l'expérience avec leur pop / rock pas désagréable mais terriblement classique. La voix est belle mais les compositions assez plates. On décroche vite même si le morceau composé pour la bande originale du nouveau film de Bouli Lanners Les géants est franchement très beau.

Cascadeur de l'Espace

Interviewé il y a peu, vous savez peut-être déjà tout le bien que l'on pense de celui qui se fait appeler Cascadeur. Sous son casque de chantier, il nous plonge d'emblée dasn une ambiance très spaciale avec le son du Kennedy Space Center et les images d'époque. L'effet est réussi puisque dès le magnifique Into the wild on se sent comme en apesanteur tellement l'alchimie est réussie. D'abord distant, il se rapproche du public pour entamer en choeur Walker le morceau qui a sorti ses compositions de l'anonymat. Sa voix pas si frèle que ça impressionne par sa puissance.

Il ne jouera que 45 minutes et devra laisser certains titres de son album de côté à notre grand regret. Mais ce type a un talent fou et ce qu'il nous a montré est de très bonne augure pour la suite. En attendant, il reste the human octopus, un album qui s'écoute avec délectation encore et encore.

Cocoon sur du velours

Les coqueluches de la soirée se font attendre et ce n'est qu'à 22h20 que Mark et Morgane foulent la scène d'un Cirque royal transformé en gigantesque paquebot par des bruits de mer et un éclairage agressif sous forme de phare tournant. On sent d'emblée le plaisir qui habite le duo, Mark expliquant tout son honneur de fouler la même scene que Sufjan Stevens, son idole absolue à trois jours d'intervalle. Il ajoutera que les Nuits Botanique comptent parmi ce qui se fait de mieux en Europe. Enthousiaste qu'on vous dit !

Le répertoire est sans surprise mais sublimé par une section de cordes qui donnent du relief à l'ensemble. On adore ce jeu de voix entre Mark le mâle, particulièrement à l'aise et Morgane, la frêle femelle qui n'a peur de rien.

L'ambiance est à la grosse blague et à la décontraction. On est presque entre potes et le public ne demande qu'à taper des mains pour acclamer un groupe qui a sorti un des disques les plus légers et réussis de l'année 2010. Séances de rattrapage cet été aux Ardentes et le 11 octobre à l'AB.

François Colinet

Cascadeur sera aux francofolies de Spa le 23 juillet

Notre interview de Cascadeur

Cocoon sera aux Ardentes à Liège le 7 juillet et le 11 octobre à l'Ancienne Belgique.

Une nouvelle édition de leur album « Where the oceans end » sortira le 14 juin