Bono : " Trierweiler, c'est la U2 du livre "

Christophe Bourdon, lui-même, en personne.
Christophe Bourdon, lui-même, en personne. - © RTBF

U2 a créé la surprise en proposant son nouvel album "Songs of Innocence" gratuitement sur iTunes. Un coup marketing qui nous a donné envie d'aller à la rencontre du leader du groupe irlandais. De passage mardi dernier à Néchin, Bono nous a donné rendez-vous au bistrot "Chez René et Fernande". Il s'est confié devant une bonne Kriek à la cerise. Interview-vérité.

Quelle surprise de vous voir ici à Néchin !

C'est mon grand ami Gérard Depardieu qui m'a parlé de la région. Il m'a dit " Bobo – quand il a trop bu, il m'appelle Bobo - en fait, il m'appelle tout le temps Bobo – tu dois absolument venir à Néchin ". J'étais déjà venu ici il y a un an, et je dois t'avouer que je ne voyais franchement pas ce qui plaisait tant à Gérard. C'est alors qu'il m'a montré sa déclaration fiscale et que j'ai compris.

Vous comptez vous aussi vous installer dans la région ?

Je pense que oui. Mais j'hésite encore dans quelle zone. J'en ai parlé à mon comptable, il m'a conseillé d'acheter directement tout le Benelux. Il m'a expliqué que dans ma situation financière, ce serait plus intéressant. Cela me permettra par exemple d'acheter mes cigarettes et de faire mon plein à Martelange en toute simplicité. Je suis resté un mec simple, tu sais.

Venons-en à l'événement dont tout le monde parle...

Le livre de Valérie Trierweiler ! Superbe coup médiatique. Tout le monde l'achète sans se soucier de la qualité du produit. Ça me parle. Valérie est à la littérature ce que U2 est à la musique. Ouais, c'est exactement ça, mec. Trierweiler, c'est la U2 du livre. Sauf que nous, on donne notre album pour qu'il se vende.

Justement. Parlons de la diffusion gratuite de votre nouvel album sur iTunes.

Ou comme me l'a si bien Adam Clayton en éclatant de rire au moment de signer notre contrat avec Apple : sur "high thunes".

Certains vous reprochent de détruire la valeur de la musique en la bradant de la sorte.

La valeur de la quoi ?

De la musique.

(il se tourne vers The Edge, qui vient de terminer sa partie de snooker et nous rejoint avec un verre de Westmalle) Eh ! Edge ! Tu sais ce que c'est toi, la musique ?

The Edge : Ça me dit vaguement quelque chose. C'est pas ce qu'on faisait au début de notre carrière ?

Bono: Ça me dit plus rien...

En attendant, vous touchez 500 millions d'auditeurs potentiels avec cette méthode.

Bono : Ouais, je sais. Seulement 500 millions. Alors qu'on est 7 milliards sur Terre. Merde, quoi ! C'est la honte ! Pourquoi on n'arrive pas à toucher les 6 milliards 500 millions de clients restants ?

The Edge : Euh... Bono, je te rappelle qu'il y a plein de gens qui ont pas les moyens de se payer un iPhone ou un iPod. Ni même un album de U2.

Bono : Ah ouais, c'est vrai. Les sans-oreilles. Je vais en faire une chanson, tiens : " With or without ears "

Mais c'est quoi l'intérêt de donner son disque?

Bono : Donner, donner... On voit bien que t'as pas vu les chiffres de notre contrat. Comme l'a si bien dit Adam Clayton en éclatant de rire au moment de remonter dans sa limousine pour rouler jusqu'à sa Bentley : " Si les feuilles mortes se ramassent à la pelle, dans notre cas c'est les dollars qui se ramassent à l'Apple ".

Il en lâche des bonnes, Adam Clayton.

Bono : Ouais. Mais elles sont pas de lui. Il m'a avoué il y a un mois qu'il avait acheté Gad Elmaleh pour lui écrire ses blagues. Ils se réunissent tous les week-ends sur son yacht à Monaco.

The Edge : Le yacht d'Adam ou de Gad ?

Bono : Je pense que c'est celui de Gad. Qui est amarré à l'intérieur de celui d'Adam.

The Edge : Cool.

Bono : Super cool.

Revenons à l'album.

Bono : Dommage. On parlait de choses essentielles, là. De l'essence du rock.

The Edge : Ouais. Et de l'essence du yacht d'Adam.

Bono : Ouais.

De nombreuses personnes ont été très surprises de voir apparaître le nom de Christian Estrosi, le maire UMP de Nice, dans les remerciements.

Bono : Ouais, je sais. On avait hésité à remercier aussi Nicolas Sarkozy, mais on s'est dit que ça finirait par se voir qu'on chante des idées de gauche en ayant notre portefeuille à droite. Cela dit, Christian est un type adorable.

Qui avait déposé une proposition à l'assemblée nationale pour rétablir la peine de mort et refusé de voter en faveur du mariage homosexuel.

Bono : Ouais mais tu verrais sa villa, putain ! Comme me l'a si bien dit Adam Clayton en éclatant de rire avant de monter dans son hélicoptère pour aller faire une partie de golf avec le patron de Goldman Sachs : " Le maire de Nice il est very nice ".

The Edge : Elle est aussi de Gad Elmaleh, celle-là ?

Bono : Je pense pas. Quand Adam l'a lâchée, Gad était sur le tournage de sa pub pour la banque LCL.

The Edge : Ah ouais. Excellente, cette pub.

Bono : Excellente, mec.

Le premier single de " Songs of Innocence " est un hommage à Joey Ramone, le leader du célèbre groupe punk rock Ramones. Pourquoi ?

Bono : Joey, c'est l'esprit du rock. C'est la liberté. L'indépendance. Le doigt d'honneur dressé au monde. On a écrit ce morceau pour dire " Ok, U2 est le plus grand groupe de rock du monde. Mais on n'a pas changé dans le fond. On reste une bande de potes qui font du bruit avec des guitares. Les trois de Liverpool, mec ! "

The Edge : On est de Dublin, Bono. Liverpool c'est les Beatles.

Bono : Ah ouais, merde.

The Edge : Et on n'est pas trois, on est quatre.

Bono : Ah bon ?

The Edge : Ouais, je te l'ai déjà dit mille fois. On a un batteur : Larry Mullen Jr.

Bono : Ah bon ? Et il est sur scène avec nous ?

The Edge : Oui. Juste derrière toi.

Bono : Ah, ok. C'est pour ça que je l'ai jamais vu.

The Edge : Voilà (il soupire)

Vous parlez de l'esprit du rock incarné par Joey Ramone. Où est-il encore chez U2 quand vous signez un contrat de plusieurs centaines de millions de dollars avec un géant industriel ?

Bono : Euh... The Edge, il est où, notre esprit du rock ?

The Edge : Attends, je vérifie dans nos contrats. (Il ouvre une valise remplie de documents) Alors... Esprit du rock... Esprit du rock... Ah voilà ! Contrat " Esprit du rock ". On l'a vendu à Coca-Cola. Ils vont en faire une édition limitée pour leurs prochaines canettes. Tiens, je te lis le slogan : " Le Coca U2. L'esprit du rock dans une seule canette. "

Bono : Excellent, ça sonne, j'adore. Voilà, mec. Ça, c'est l'esprit du rock !

Quels sont vos projets pour la suite ?

Bono : On va organiser une grande tournée. Payante, celle-là, faut quand même pas déconner. Et à l'entrée des stades, tu trouveras un grand stand Apple où tu pourras acheter l'iPhone 6, l'iPhone 6 Plus, l'iPhone 6 Mega Plus, l'iPhone 6 Over Mega Plus, l'iPad, l'iPod ou encore l'iBurger.

L'iBurger ?

Bono : C'est un hamburger à la pomme avec une prise USB intégrée.

Ce n'est pas un peu indigeste ?

Bono : Pas plus que d'imposer nos chansons dans les téléphones de gens qui n'ont rien demandé.

J'ai aussi entendu parler d'un autre projet, plus personnel celui-là. On peut en savoir plus ?

Bono : Ouais, tout à fait. J'ai décidé de lancer ma propre banque. Une banque de riches réservées aux riches : Elton John, Beyoncé, Bill Gates,...

Et elle s'appellera comment ?

Bono : La banque à Bono.

 

 

Christophe Bourdon