Après des débuts difficiles, les concerts en livestream ont trouvé leur public

Elles sont devenues incontournables en quelques mois. Depuis le début de la pandémie, les représentations en livestream, comme le propose Classic 21 avec son concept "The Band Next Door", se sont substituées aux méga concerts planétaires et aux festivals. Le succès est au rendez-vous et les fans ne boudent pas leur plaisir de voir leurs artistes préférés sur scène ... par écran interposé.

On se souvient encore des débuts chaotiques des concerts en livestream au printemps dernier, lorsqu'un John Legend en robe de chambre invitait ses fans à regarder ses représentations musicales en direct sur Instagram. Mais ce n'est plus qu'un lointain souvenir. Durant les douze derniers mois, les concerts en livestream sont montés en gamme et leur qualité technique n'a désormais plus rien à envier aux spectacles gigantesques d'autrefois. 

La preuve avec Studio 254, un show gigantesque durant lequel la chanteuse britannique Dua Lipa a interprété des morceaux tirés de son dernier album, "Future Nostagia". Selon Rolling Stones, plus de 1,5 million de dollars (environ 1,3 million d'euros) auraient été investis pour monter cet événement retransmis en ligne en novembre dernier. Et cela en valait la peine : le concert a attiré 5 millions de connexions payantes en un soir. 

Un format apprécié des fans de musique

Le phénomène ne se limite pas à Dua Lipa. Bandsintown a interrogé 750 artistes en août pour connaître leur ressenti vis-à-vis des concerts en livestream, et a récemment publié les résultats de cette enquête. Il s'avère que les trois quarts d'entre eux avaient diffusé une performance musicale en ligne à l'époque, contre seulement 45% en avril. 

"Le livestream est un moyen d'expression très intime, et la manière dont de nombreux artistes ont choisi de l'aborder reflète cette absence de mise en scène. Les fans ressentent une connexion authentique et éprouvent la même excitation et le même plaisir à entendre leur musique préférée jouée en direct que lors d'un événement physique. Il y a beaucoup de place pour l'innovation et la créativité, mais la connexion sera toujours essentielle", a déclaré Fabrice Sergent, responsable chez Bandsintown.

Si la majorité des artistes interrogés (70%) envisageait d'augmenter leur fréquence de diffusion, ils peuvent bénéficier du soutien de leurs fans. Plus de 60% des amateurs de musique interrogés ont déclaré qu'ils prévoyaient de continuer à regarder des concerts en livestream, même après la réouverture des salles de spectacle. Par ailleurs, ils sont 80% à affirmer vouloir continuer à soutenir leurs artistes préférés en payant pour assister à des concerts en livestream, ou en achetant des produits dérivés pendant leur diffusion. 

Le livestream à la rescousse des festivals de musique

Cet enthousiasme du public pour les concerts en livestream intéresse tout particulièrement les organisateurs de festivals. Beaucoup d'entre eux ont récemment décidé d'annuler la tenue de leur festival cette année encore, en raison des incertitudes qui entourent le contexte sanitaire. En Belgique, les festivals Werchter et Couleur Café ont déjà annoncé renoncer à l'édition 2021. Pour beaucoup de festivals, il s'agit déjà de la deuxième annulation consécutive résultant de la crise du Covid.

C'est également le cas de l'emblématique Glastonbury. Ses organisateurs, Michael et Emily Eavis, ont récemment annoncé qu'un grand concert sera prochainement diffusé en ligne, pour pallier l'annulation de l'édition 2021 du festival britannique. Coldplay, Damon Albarn, Haim, Jorja Smith et Idles font partie des artistes participant à cet événement en livestream, décrit comme "un spectacle révolutionnaire et extravagant de cinq heures". 

"Live at Worthy Farm" sera diffusé dans son intégralité le 22 mai sur quatre fuseaux différents pour accommoder le maximum de fans de musique. Ils devront toutefois s'acquitter de 23 euros (20 livres) pour suivre l'événement en ligne. Un prix raisonnable selon Emily Eavis. "Certaines personnes ont dit, 'Vous pourriez faire payer 60 livres [environ 70 euros]'. Pendant un moment, nous avons pensé que nous pourrions le faire gratuitement. Mais en fait, nous devons avoir un prix de billet et 20 livres semble vraiment raisonnable pour ce nombre de performances", a-t-elle expliqué au Guardian.