Vincent Delbushaye, au plus proche des candidats du Concours Reine Elisabeth

Depuis ce lundi 6 mai, Vincent Delbushaye est l’un des premiers visages que voient les candidats du Concours Reine Elisabeth à leur sortie de scène. C’est avec bienveillance et, toujours avec une pointe d’humour, qu’il recueille les impressions de ces candidats, quelques minutes à peine après leur présentation. Il s’est prêté au jeu de l’interview et cette fois-ci, c’est à lui de répondre à sa fameuse question, devenue maintenant un standard : how did you feel on stage ?

Vincent Delbushaye : « Je me suis senti très bien sur scène, j’étais un peu stressé au début mais bien vite, l’orchestre et le public m’ont mis à l’aise. » Non, bon, tout se passe bien jusqu’ici ! Il faut dire que tous les candidats sont très sympathiques et se prêtent bien gentiment au jeu de l’interview. Personne ne m’a fait faux bond. Je dois avouer que j’effectue du coup dans ma tête un étrange classement, fort différent de celui du jury probablement, et dans lequel la sympathie à l’antenne (et hors antenne) est un critère déterminant.

C’est la troisième année que vous recueillez les impressions des candidats juste après leur prestation, comment vous vous préparez à cette semaine intensive ?

J’effectue des recherches sur chaque candidat, dignes parfois des services secrets. Il ne s’agit pas seulement de connaître leur parcours musical, mais de tenter de cerner leurs autres centres d’intérêt. Ça passe de la consultation de leur profil Facebook au visionnement d’autres interviews qu’ils ont donné. Inutile de dire que je ne trouve pas toujours quelque chose.

Comment faites-vous pour mettre les candidats à l’aise quelques minutes après leur prestation ?

Il faut savoir qu’il y a déjà un travail en amont de la part de la responsable des candidats et de mon régisseur plateau. Je ne sais pas ce qu’ils leur disent (« attention, souriez-lui, sinon il va vous sauter à la gorge »), mais chaque candidat vient vers moi déjà avec le sourire. Personnellement, je les accueille en les félicitant pour leur prestation, en les remerciant d’être venus à mon micro et en les rassurant sur le côté léger de l’interview (je leur donne par exemple la première question – mon fameux « how did you feel »)

Vous êtes l’une des premières personnes que les candidats rencontrent à leur sortie de scène, n’est-ce pas une tâche difficile ou une relation de confiance se crée-t-elle entre vous et les candidats ? 

Recueillir les impressions des candidats à chaud, et être l’un des premiers à leur parler est tout sauf une tâche ingrate ou difficile. J’en suis même plutôt honoré. Les candidats sont beaucoup plus à l’aise dans la deuxième interview (parce qu’ils ont compris que je n’étais pas méchant) mais je crois que, dès la première question, la confiance s’installe. Et il est difficile de vraiment saisir pourquoi. Je crois qu’il y a surtout beaucoup de bienveillance de chaque côté.

Y a-t-il une part d’improvisation possible lors de la présentation d’un tel événement ?

Oh que oui. D’abord parce que je ne sais jamais comment Camille va me lancer à l’antenne, et puis parce qu’on a beau prévoir des questions, il en vient toujours d’autres en cours de route (et c’est tant mieux !). C’est l’une des clés de la présentation de ce concours, je pense : s’attendre à l’inattendu.

Quelle a été l’une des interviews la plus difficile pour vous, sur cette session et sur les trois sessions auxquelles vous avez participé ?

Les candidats se sont vraiment tous prêté au jeu de l’interview de bonne grâce. Bien sûr, quand on requiert les services d’un interprète, c’est toujours moins facile, parce que l’interprète résume déjà le propos de l’invité. Et moi je résume le propos de l’interprète. Au bout du compte, il ne reste plus grand-chose. J’ai cette faculté d’oublier les mauvais moments, du coup, je ne garde pas de mauvais souvenirs d’interviews des sessions précédentes (ou alors je ne m’en souviens pas).

Une anecdote amusante à raconter ?

Les anecdotes les plus amusantes sont inracontables.

Et l’aventure continue après la demi-finale pour vous ?

Je ne serai pas physiquement là pour la finale, mais nous sommes en train de tourner toute une série de petits sujets qui seront diffusés lors de cette finale. Des sujets qui vous feront visiter les coulisses du concours, à la rencontre des personnalités qui le représentent (Gilles Ledure, Hugh Wolff, Stéphanie Coerten, …) On vous réserve aussi une interview-surprise, mais je ne peux vraiment pas en parler (c’est énervant, hein ?)

En attendant la finale qui se déroulera du 20 au 25 mai, vous pouvez encore retrouver Vincent Delbushaye, ainsi que Camille De Rijck et ses consultants ce vendredi 10 et samedi 11 mai sur Auvio et Musiq3 dès 15h et dès 20h sur La Trois, Musiq3 et Auvio. 

L'interview de Sylvia Huang après son récital