Une deuxième soirée de Finale très contrastée

Ji Won Song en finale
2 images
Ji Won Song en finale - © RTBF

C'était la deuxième soirée de finale hier au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Deux candidats ont joué avec l'Orchestre National de Belgique : ils ont tous les deux fréquenté la célèbre Juilliard School à New-York. Le violoniste américain de 23 ans Stephen Kim y étudie encore, et la coréenne Ji Won Song, 26 ans, vient tout juste de décrocher son diplôme.

Stephen Kim, encore étudiant à la Juilliard School à New-York, s'est lancé un immense challenge et il y est arrivé : jouer par coeur la pièce imposée du compositeur finlandais Kimmo Hakola. Comme les 11 autres candidats, il n'a eu qu'une semaine pour la déchiffrer, l'apprendre, l'intégrer, et le résultat est époustouflant.

Il s'attaque au concerto de Brahms, un monument du répertoire romantique allemand. On retrouve dans son jeu, cette rudesse, comme dans l'imposé. Un son qu’il offre est parfois presque étriqué, voire stressant. Stephen Kim n'a pas l'air de vivre le moment présent, mais il exprime une sincérité touchante.

pour réécouter la prestation de Stephen Kim

Ensuite, c'est la candidate coréenne Ji Won Song qui monte sur la scène.

Elle est très acclamée à la fin de l'imposé, sans doute parce qu’elle s'amuse avec l'orchestre, le son est bien plus souple, chaleureux et rond que celui du candidat juste avant elle.

Dans le concerto de Sibelius, il y a cette magie que l'on retrouve chez les grands interprètes : elle donne l'impression d'écrire la pièce en la jouant. Malheureusement, quelques erreurs risquent tout de même de lui coûter cher, comme jouer très – trop – rapidement le 3ème mouvement. Mais l'on retiendra un jeu ouvert : à l'image de sa robe scintillante orange, Ji Won Song est une musicienne solaire.

pour réécouter la prestation de Ji Won Song