Rencontre avec les finalistes du 1er Juin, JeongHyoun (Christine) Lee et Yuya Okamoto

Yuya Okamoto et Jeong Hyoun Christine Lee
Yuya Okamoto et Jeong Hyoun Christine Lee - © RTBF

Comme chaque soir, deux candidats vont se présenter pour la Finale du Concours Reine Elisabeth sur la scène de la salle Henry Le Boeuf à Bozar. Aujourd'hui, il s'agit aujourd'hui JeongHyoun (Christine) Lee et Yuya Okamoto.

Avant de venir se perfectionner à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth de Waterloo, JeongHyoun (Christine) Lee a étudié aux États Unis dans des écoles prestigieuses : la Julliard School et l'Université de Philadelphie.

Son professeur à la Chapelle est le violoncelliste Gary Hoffman. Il fait partie du jury du concours... en toute logique et selon le règlement du Reine Elisabeth, il ne pourra donc pas l'évaluer, sans regret pour la jeune violoncelliste : "c'est toujours agréable d'avoir quelqu'un que l'on connaît dans un jury. Je sais qu'il est attentif à ce que je fais, du coup ça me donne du courage; Et puis c'est gai de voir un visage que l'on connaît. Parmi les choses les plus fabuleuses que j'ai vécues pendant tout ce concours, c'est le fait que l'on me soutienne" .

Après la pause, on entendra le japonais Yuya Okamoto. On se souvient de sa prestation lors de la demi-finale : superbe son, maîtrise, écoute de l'orchestre et du chef en demi-finale... Son concerto de Haydn avait un côté parfait mais manquait peut-être d'une touche de fragilité, de magie. Pourtant Yuya Okamoto n'est pas contre le fait qu'un musicien doive se mouiller : "Parfois il faut que l'on prenne des risques, c'est comme dans la vie. Oui, nous les musiciens, on aime ça! ".

Ce soir, les deux concertos au choix seront le concerto de Schumann pour la coréenne JeongHyoun (Christine) Lee et le 2ème concerto de Dvorak pour Yuya Okamoto.