Portrait de Dmitry Sin, 6e lauréat du Concours Reine Elisabeth 2021 piano

Le 3e Russe de cette session est Dmitry Sin. Son père étant Coréen, il est très content d’avoir été accueilli par une famille coréenne lors de ce Concours Reine Elisabeth. Il peut manger la nourriture coréenne qu’il aime, il se sent chez lui ici.

Dmitry sera en finale, ce vendredi soir, sur la scène de la salle Henry Le Boeuf dès 20h.

Il est né près de la côte est de la Russie il y a 26 ans. Son père est dentiste et sa mère employée, il n’est donc pas né dans une famille de musiciens. Sa vocation pour le piano lui est venue lorsqu’il chantait avec sa classe au jardin d’enfants. Il était nettement plus intéressé par l’accompagnement du piano que par les chansons. Après des études à Moscou, il a reçu une bourse pour étudier à l’Ecole Normale Alfred Cortot à Paris. Il y suit toujours les cours de Rena Shereshevskaya, Russe elle aussi.

pour en savoir plus sur Dmitry Sin sur son site officiel

C’est en voyant la performance d’un autre élève de son professeur en finale du Concours Reine Elisabeth de 2013, Rémi Geniet, qu’il a décidé que ce concours deviendrait son rêve, son objectif. C’est sans doute pour cela que Dmitry nous a raconté lors du tournage qu’il vivait pour l’instant le meilleur moment de sa vie.

Il est un peu réservé et secret. Il était donc vraiment stressé à l’idée de notre interview. Il nous a avoué qu’il était moins nerveux de jouer en finale que de répondre à nos questions !

Quand il joue, Dmitry est totalement investi dans sa musique. On a l’impression qu’il chante car son visage est très expressif, on peut y lire chacune de ses intentions et de ses émotions, il vit littéralement profondément chaque note qu’il joue. Il cherche dans chaque pièce quelque chose qui peut le surprendre et qu’il va ensuite transmettre à son auditoire.

Le morceau qui lui permet d’aller le plus loin dans la recherche des détails est le Concerto n° 3 de Rachmaninov, une œuvre qu’il va interpréter lors de sa finale. Quand il écoute ou qu’il joue cette musique, il a envie de rire, de pleurer. Cette musique dépasse le monde des mots. Il se sent tellement proche de cette musique qu’il n’aurait jamais pu imaginer choisir un autre concerto pour se défendre en finale du concours de ses rêves.

Le portrait de Dmitry Sin

Pour en savoir plus sur Dmitry Sin dans son interview intégrale (en anglais)

Dmitry Sin est sans doute le finaliste le plus heureux de cette édition du Concours Reine Elisabeth.

Sa découverte du piano a été un moment magique de son enfance. Et après ses années de formation, qui lui ont permis de voyager, de découvrir la France, son rêve était de participer au Concours Reine Elisabeth. Mais il n’aurait jamais osé penser qu’il serait sélectionné, et encore moins qu’il participerait à la finale !

Il vit pour l’instant, le meilleur moment de sa vie, il apprécie les rencontres, le niveau des autres finalistes, l’ambiance du Concours, la famille coréenne chez laquelle il peut séjourner, et le bonheur de jouer sur une scène, même sans public. Et pour ajouter à son bonheur, il a choisi son compositeur favori, Rachmaninov, pour le concerto de la finale.