Louis Lortie, le nouveau maître en piano de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth

Le pianiste canadien Louis Lortie prend la succession de Maria João Pires, qui elle-même avait succédé 4 ans auparavant à Abdel Rahman El Bacha. 

Nous le retrouvons à la Chapelle, dans le moment crucial de l'audition d'une future potentielle élève. L'occasion d'expliquer sa pédagogie, et la façon dont il envisage la formation des jeunes pianistes, entre master classes et musique de chambre, pour toucher toutes les facettes de l'instrument. 

 

Pour en savoir plus

L'interview intégrale de Louis Lortie : le nouveau maître de piano de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth explique quels sont les liens qu'il avait déjà pu tisser avec la Belgique et les autres maîtres de la Chapelle.

Il n'aime pas les contraintes liées à la notion d'école, il n'y a pas d'élèves à la Chapelle, il y a des artistes en résidence. Il n'aime pas non plus le principe des auditions, même si on ne peut pas dire oui à tout le monde. Et les jurys de concours ne lui plaisent pas non plus, il voit arriver les candidats comme à un étal à la boucherie, avec le "au suivant!" qui coupe l'artiste en plein élan.

Sa pédagogie s'adaptera à la liberté de la Chapelle, et il sait pertinemment bien qu'en enseignant à un autre artiste, on apprend autant de lui, de même qu'en côtoyant les compositeurs et en interprétant leurs grandes œuvres.

Au coeur du projet de Louis Lortie en tant que maître de piano, il y a son assistant, Avo Kouyoumdjian. Ils se connaissent depuis longtemps, et c'est grâce à lui que Louis Lortie espère former ses artistes "élèves" à l'esprit viennois et à sa rigueur.

L'interview d'Avo Kouyoumdjian

Bernard de Launoit, le président exécutif de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, explique comment le choix s'est porté quasi naturellement sur Louis Lortie pour prendre la succession de Maria João Pires.