Les Six / De Zes : Alexandre - Impressions sur le Concours

lesSix/deZes : Alexandre - Impressions sur le Concours
lesSix/deZes : Alexandre - Impressions sur le Concours - © Tous droits réservés

Chaque jour de concours, nous vous proposons le point de vue d'un de nos jeunes violoncellistes participant à l'aventure lesSix/deZes. Aujourd'hui, c'est Alexandre qui nous présente ses impressions :

Cela fait donc maintenant un peu plus d’une semaine que la première édition du Concours Reine Elisabeth consacrée au violoncelle a été officiellement lancée. Ce noble instrument s’est probablement mis dans sa poche les derniers sceptiques qui doutaient de sa nature soliste. En tous les cas, ceux qui ont hier assisté aux premiers récitals ont pu se rendre compte de la richesse du répertoire qui lui est dédié. 

Je me suis pour ma part rendu ce lundi à la session du soir du premier jour des demi-finales et ai assisté en deuxième partie aux cocktails détonants offerts par les Coréennes Seungmin Kang et JeongHyoun (Christine) Lee. Seungmin Kang, l’une des participantes les plus âgées et par conséquent sans doute une des plus expérimentées du Concours (5ème prix au Concours Tchaïkovsky en 2015) optait pour un programme très original et très contemporain, mais non moins virtuose, même si ce qui m’a le plus frappé est la variété des sonorités et des effets employés par la candidate. J’aurais presque juré avoir entendu une dizaine d’instruments différents, à tel point les contrastes étaient réussis. Christine Lee quant à elle, dans une énergie remarquablement déployée jusqu’à la dernière note, choisissait un programme tout aussi virtuose, voire bien plus, et sans doute plus audible pour le public moins averti. Chacune dans leur propre style, mais toutes deux très généreuses au niveau des calories dépensées, elles m’ont fait prendre conscience de l’importance du choix du programme dans une compétition. 

Au-delà même des capacités techniques et musicales de l’interprète, un choix de programme réfléchi et mettant en valeur une personnalité peut faire la différence. Je ne sais évidemment pas dans quelle mesure le jury a apprécié les prestations des candidates d’hier, mais elles ont marqué les esprits, et c’est là aussi un point important. Tout comme au premier tour, où les candidats qui ont le plus attiré mon attention étaient ceux qui faisaient preuve d’une polyvalence étonnante et d’une maîtrise d’un répertoire sans doute pas choisi par hasard, certains optant dans la mesure des possibilités pour un programme parfois un brin moins virtuose mais mettant en valeur leur musicalité. Le programme tout autant que l’ordre dans lequel il est présenté sont donc à coup sûr des choix cruciaux pour bien prester dans un concours de cette ampleur.

La variété ne sera toutefois pas le maître mot lors de la finale, où l’on entendra tout au plus 4 concertos différents (Parmi les demi-finalistes, douze ayant choisi Dvorak, huit le premier concerto de Shostakovich, trois Schumann, et une, la Russe Anastasia Kobekina, le concerto d’Elgar). Bien que le répertoire soit aussi de ce côté-là plutôt riche, seul un nombre limité d’œuvres semblent convenir pour une finale d’un grand concours international, où le candidat choisit la pièce, qui au-delà de le mettre en valeur, lui permet de montrer qu’il est un musicien complet.

Alexandre