Les dernières impressions de la demi-finale du samedi 14 mai

Le jury
Le jury - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La dernière journée de demi-finale a vu passer les dernières prestations de 8 candidats. Et si parmi eux, on comptera 5 finalistes, il reste que les sessions de 15h et de 20h ont mis en avant de superbes musiciens.

Session 15h

Le pianiste russe Dmitry Shishkin, 28 ans a interprété le 20e concerto pour piano de Mozart. Le candidat semble extrêmement à l'aise dans le répertoire classique, il avait magistralement interprété une sonate de Mozart lors de son récital. L'écueil de ce 20e concerto est de trop le romantiser, de le surjouer. Dmitry Shishkin n'est pas tombé dans le piège. Il a opté pour la simplicité. Il mêle le drame et la joie, il dialogue avec l'orchestre, il prend le temps, l'œuvre respire, l'interprétation est mozartienne avec une deuxième mouvement d'une grande intimité et d'une grande poésie.

Le pianiste italien Alberto Ferro, 20 ans, s'est emparé du 21e concerto de Mozart. Le premier mouvement est très musical, le son est doux, feutré. Beaucoup de couleurs dans le deuxième mouvement. Dans l'ensemble, Alberto Ferro est très appliqué, peut-être même un peu trop, ce qui ralentit le mouvement et l'empêche de s'investir plus sincèrement dans l'œuvre.

Le pianiste américain Evan Wong, 26 ans a commencé son récital avec l'œuvre imposée Tears of Lights, de Fabian Fiorini et il a enchaîné avec les Kreisleriana de Schumann. Le récital était maîtrisé mais a manqué de divers plans sonores. Le discours musical est construit et cohérent mais il manque ce côté passionnel chez Schumann.

Le pianiste chinois Ning Zhou 28 ans, a interprété l'œuvre imposée, trois pièces des Miroirs de Ravel et il a achevé son récital par Après une lecture de Dante de Franz Liszt. Excellent pianiste qui a intégré ce qu'il a joué. Liszt était parfaitement maîtrisé, nous sommes passés par l'enfer et le purgatoire.

Session de 20h

La pianiste japonaise Kana Okada 25 ans, a choisi le 21e concerto pour piano de Mozart. Superbe musicienne qui s'est glissée dans l'esprit mozartien avec une facilité déconcertante. Simplicité, galanterie, son rond et léger, gaité, Kana Okada s'est imprégnée de l'esprit de ce concerto et a emmené les auditeurs dans son interprétation. Comme beaucoup de demi-finalistes, Kana Okada a joué une cadence qu'elle a écrite elle-même. Un peu plus longue que ce que veut la tradition classique, mais jouée dans le style galant.

Le pianiste américain Henry Kramer 29 ans, a joué le 25e concerto pour piano de Mozart. Le son est très brillant, perlé par moments. La mélodie est très bien guidée. Nous sommes dans le cadre classique. Henry Kramer interprète également une cadence de son cru. Véritable pièce autonome mais que le candidat arrive à interpréter dans l'esprit mozartien.

Les commentaires de Camille De Rijck