Le parcours de Serge Kakudji, contreténor congolais, de la chorale au Concours Reine Elisabeth

Serge Kakudji
Serge Kakudji - © RTBF Marie Michiels 2018

Parmi les candidats qui se présentent au Concours Reine Elisabeth 2018, un chanteur congolais s'est présenté hier soir en toute fin de soirée. Il s'appelle Serge Kakudji et sa carrière de contreténor l'emmène dans les plus grandes maisons d'opéra. Il considère la Belgique comme sa deuxième maison, il a d'ailleurs étudié à l'IMEP à Namur. 

Je pense que ce qui m'a donné envie de chanter, c'est l'émotion. Parce que moi au départ, je suis quelqu'un de super timide. Le chant ça me permet de parler encore plus, de dire avec le chant les choses que je ne peux pas dire avec uniquement les mots.

Serge Kakudji découvre l'opéra à l'âge de 7 ans en regardant la télévision. Il court alors les chorales des églises du Katanga, et se fait  repérer par une équipe du KVS, le théâtre royal flamand, et  une soprano américaine qui va croire en son talent.

Un contreténor noir : Serge Kakudji aime son corps et sa couleur de peau. En France à l'opéra, il est arrivé qu'on lui  offre un rôle de Jules César ou bien de travesti dans Mozart : "L'artistique, c'est aussi faire rêver, ce n'est pas que la couleur de peau qui importe, c'est aussi l'émotion, c'est aussi ce qu'on a à raconter, l'histoire qu'on a à donner, et de faire du monde, une petite région où tout le monde respire facilement".

Serge Kakudji cherche sans cesse. Il continue à étudier la musique pour bien la comprendre, tout en gardant les richesses acquises plus tôt en Afrique. Il sait que c'est sa force, et il jongle, en fonction des productions, pour trouver le meilleur dosage.