Le jury du Concours Reine Elisabeth en finale

Gilles Ledure, président du jury du Concours Reine Elisabeth 2019
14 images
Gilles Ledure, président du jury du Concours Reine Elisabeth 2019 - © RTBF

Sous la houlette de Gilles Ledure, le nouveau président du jury pour les épreuves de violon, piano et violoncelle, les membres du jury au complet sont au nombre de 17.

Après la demi-finale, certains membres sont restés en finale, de nouveaux membres du jury ont rejoint la table rouge, mais tous en ceci en commun qu'ils ont une renommée internationale dans le monde musical, plus particulièrement du violon, sans tenir compte d’aucune considération raciale, idéologique, politique, religieuse, ni linguistique. 

Petite précision à rappeler parce qu'elle a toute son importance, un membre du jury ne peut voter ni pour un candidat qui lui est apparenté, ni pour un ancien ou un présent élève, qui aurait suivi plus de cinq cours avec le membre du jury en question. Et le dispositif est très clairement détaillé dans le règlement du concours.

Le jury de la finale, en commençant par les nouveaux venus :

Pamela Frank

Pamela Frank s’est forgé une réputation internationale dans des domaines particulièrement variés. En tant que soliste, elle s’est produite avec des orchestres renommés tels que le New York Philharmonic, le Chicago Symphony Orchestra, le San Francisco Symphony, l’Academy of St Martin in the Fields, le Berliner Philharmoniker et le St. Petersburg Philharmonic. Musicienne de chambre prisée, Pamela Frank est invitée dans de nombreux festivals comme Aldeburgh, Verbier, Salzbourg, Édimbourg, Tanglewood, Marlboro et Ravinia. Elle est professeur au Curtis Institute of Music, et enseigne chaque année lors des festivals Verbier, Tanglewood et Ravinia. Depuis 2008, Pamela Frank est également Directrice Artistique des Evnin Rising Stars, un programme de mentorat pour les jeunes artistes au Caramoor Center for Music and the Arts. Sa dernière initiative est la création de Fit as a Fiddle, une collaboration avec le kinésithérapeute Howard Nelson pour la prévention et le traitement des blessures des musiciens.

Vadim Repin

Né en 1971 à Novosibirsk, Vadim Repin commence le violon à l’âge de cinq ans et il se produit en public déjà six mois plus tard. À sept ans, il donne son premier concert avec orchestre, et, à onze ans, il fait ses débuts à Saint-Pétersbourg. En 1989, il est reconnu internationalement, lorsqu’il est le plus jeune vainqueur du Concours Reine Elisabeth. Parmi les moments forts de sa carrière, on peut citer des tournées avec le London Symphony Orchestra et Valery Gergiev, le NHK Orchestra et Charles Dutoit et le London Philharmonic Orchestra et Vladimir Jurowski, sans oublier le concerto pour violon que Sir James MacMillan lui a dédié, créé aux quatre coins du monde puis enregistré sous le label Onyx Classics. Vadim Repin est professeur honoraire au Beijing Central Conservatory of Music et au Shanghai Conservatory of Music. 

Martin Beaver

4e Lauréat du Concours Reine Elisabeth en 1993, Martin Beaver a aussi remporté des prix aux concours internationaux d’Indianapolis et Montréal. Il a été membre du Tokyo String Quartet de 2002 à 2012. Et sa carrière de soliste l’a mené aux quatre coins du monde, avec notamment le San Francisco Symphony, le Toronto Symphony, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, et le Sapporo Symphony Orchestra, sous la baguette de chefs tels que Kazuyoshi Akiyama, Raymond Leppard, Gilbert Varga et Yannick Nézet-Séguin. En musique de chambre, il a également partagé la scène avec Leon Fleisher, Pinchas Zukerman, Lynn Harrell, Sabine Meyer et Yefim Bronfman. Il a siégé dans les jurys de plusieurs concours : le Concours Reine Elisabeth en 2009, mais aussi ceux de Montréal, Osaka et Melbourne. Martin Beaver a été professeur entre autres au Peabody Conservatory et à la New York University. Il enseigne à présent au Colburn Conservatory of Music à Los Angeles.

Corina Belcea

Corina Belcea nait en 1975 en Roumanie et commence le violon auprès de Radu Bozgan et Stefan Gheorghiu. À l’âge de seize ans, elle déménage à Londres pour étudier à la Yehudi Menuhin School avec Natalia Boyarskaya puis au Royal College of Music avec Felix Adrievsky. C’est au sein du Royal College of Music que le Quatuor Belcea voit le jour, et Corina Belcea en est membre fondateur et premier violon depuis 23 ans. Le Quatuor Belcea a remporté les Concours d’Osaka et Bordeaux.

Par ailleurs, Corina Belcea est également lauréate des Concours Yehudi Menuhin, Kloster Schönstal et Wieniawski, et s’est produite en soliste au Wigmore Hall, au Barbican, au Queen Elizabeth Hall et à la Purcell Room à Londres, à l’Atheneum à Bucharest, dans les théâtres du Châtelet et des Champs-Elysées à Paris. Elle a donné cours de musique de chambre à la Guildhall School of Music and Drama de Londres et enseigne actuellement le violon à la Hochschule der Künste de Bern.

Corina Belcea joue sur un Giovanni Battista Guadagnini de 1755, généreusement prêté par le MERITO String Instruments Trust de Vienne.

Koichiro Harada

Né en 1945, Koichiro Harada a étudié le violon, la musique de chambre et la direction d’orchestre à la Toho Gakuen School of Music de Tokyo et à la Julliard School auprès de Hideo Saito, Kazuyoshi Akiyama, Dorothy DeLay et Ivan Galamian. En 1969, il fonde le Tokyo String Quartet, au sein duquel il joue en tant que premier violon pendant douze ans. Il enseigne ensuite au Cleveland Institute of Music et à l’Aspen Music Festival. Il est aussi reconnu comme chef d’orchestre et collabore régulièrement avec des ensembles tels que le New Japan Philharmonic, l’Osaka Philharmonic Orchestra, l’Hiroshima Symphony Orchestra, le Sapporo Symphony Orchestra, le Kyoto Symphony Orchestra et le Tokyo Philharmonic Orchestra. Parallèlement à ses activités de concertiste, Koichiro Harada est professeur à la Toho Gakuen School of Music de Tokyo et siège régulièrement dans les jurys de plusieurs concours internationaux, notamment le Concours Reine Elisabeth en 2001, et en 2005, et les Concours Wieniawski et Paganini. 

Dong-Suk Kang

Mis en évidence par la critique spécialisée, la technique souple et l’archet parfait de Dong-Suk Kang lui ont permis de s’affirmer comme l’un des plus grands violonistes d’aujourd’hui. Il a joué avec les plus prestigieux orchestres à travers le monde, sous la direction de chefs renommés, comme Charles Dutoit, Seiji Ozawa, Kurt Masur, Paavo Järvi, Yehudi Menuhin, Esa-Pekka Salonen, Myung-Whun Chung, Leonard Slatkin, Rudolf Barshai, Mariss Jansons, Roger Norrington, Paavo Berglund, Evgeny Svetlanov, etc. Ses enregistrements ont reçu des critiques élogieuses et remporté le Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros, ainsi que celui de la Nouvelle Académie du Disque. Ils ont aussi été nominés pour le Gramophone Award. Dong-Suk Kang est professeur à l’Université de Yonsei et directeur artistique du Seoul Spring Festival, en Corée, ainsi que du festival MusicAlp en France. Il est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en France.

Jaime Laredo

Durant plus de cinquante ans de carrière, Jaime Laredo s’est distingué en tant que soliste, chef d’orchestre et chambriste. Sa personnalité musicale a été fortement marquée par l’enseignement que lui ont apporté des musiciens comme J. Gingold, P. Casals, I. Galamian et G. Szell. À l’âge de 17 ans, son Premier Prix au Concours Reine Elisabeth lance sa carrière internationale. Depuis, Jaime Laredo s’est produit en soliste ou en tant que chef d’orchestre avec les plus grands orchestres. Il a travaillé avec des chefs comme D. Barenboim, Z. Mehta, S. Ozawa, L. Slatkin, C. Davis, E. Ormandy, L. Stokowski ou G. Szell. Il apparaît aussi régulièrement sur scène au sein du Kalichstein-Laredo-Robinson Trio ou aux côtés de sa femme, la violoncelliste Sharon Robinson. Jaime Laredo a enregistré près d’une centaine de disques dont certains ont été primés : l’enregistrement des quatuors avec piano de Brahms avec ses partenaires réguliers Emmanuel Ax, Isaac Stern et Yo-Yo Ma a par exemple obtenu un Grammy Award. Après avoir enseigné au Curtis Institute of Music et à l’Indiana University’s Jacob School of Music, il est maintenant professeur au Cleveland Institute of Music. Jaime Laredo est Directeur musical du Vermont Symphony Orchestra et Premier chef invité du Westchester Philharmonic. Avec son épouse, il est Directeur Artistique des Linton Chamber Music Series à Cincinnati.

Arabella Steinbacher

Née dans une famille de musiciens, Arabella Steinbacher débute le violon à l’âge de trois ans, puis étudie auprès d’Ana Chumachenco à la Munich Academy. Elle a également pu profiter de l’enseignement d’Ivry Gitlis. Arabella Steinbacher joue régulièrement avec des orchestres de premier plan tels que le New York Philharmonic, le Boston Symphony Orchestra, le London Symphony Orchestra, le Philharmonia Orchestra, le Chicago Symphony Orchestra et le Cleveland Orchestra. Elle a collaboré avec les chefs les plus réputés, parmi lesquels Lorin Maazel, Christoph van Dohnányi, Riccardo Chailly, Herbert Blomstedt, Zubin Mehta, Christoph Eschenbach, Charles Dutoit, Yannick Nézet-Séguin et Thomas Hengelbrock. 

Ils ont suivi toutes les étapes du Concours

Des présélections à la finale, voici les membres du jury qui totaliseront le plus grand nombre d'heures d'écoute des candidats.

Pierre Amoyal

Pierre Amoyal obtient son Premier Prix de violon au Conservatoire de Paris, à l’âge de 12 ans. À 17 ans, il part étudier avec Jascha Heifetz à Los Angeles, avec qui il fait de la musique de chambre et effectue ses premiers enregistrements. Cinq ans plus tard, sa carrière le conduira à travers toute l’Europe mais aussi au Japon, ce qui lui permet de jouer avec les orchestres les plus prestigieux, sous la direction des plus grands chefs (P. Boulez, S. Ozawa, C. Dutoit, G. Herbig, L. Maazel, K. Sanderling, M.W. Chung, etc.). Nommé, très jeune, professeur au Conservatoire National de Paris, il a enseigné au Conservatoire de Lausanne, Haute École de Musique, où il a créé la Camerata de Lausanne, en 2002, renommée récemment CameratAmoyal. Pierre Amoyal est également professeur au Mozarteum de Salzbourg. Il a été régulièrement membre du jury du Concours Reine Elisabeth depuis 1989.

Patrice Fontanarosa

Né à Paris dans un milieu d’artistes, Patrice Fontanarosa montre très tôt l’étendue de son talent en collectionnant nombre de prix internationaux. Pendant plusieurs années, il est violon-solo de l’Orchestre national de France côtoyant ainsi les plus grands chefs d’orchestre comme L. Maazel, S. Ozawa, L. Bernstein, G. Solti, C. Abbado, K. Böhm, etc. Il fut aussi directeur musical de l’Orchestre des Pays de Savoie et violon-solo de l’orchestre I Virtuosi di Roma. Conseiller artistique de l’Orchestre Pasdeloup, il a enseigné au CNSM de Paris, et dirige actuellement une classe de perfectionnement à la Schola Cantorum. En 1995, il reçoit une Victoire de la Musique pour son enregistrement Le Violon de l’Opéra chez EMI. L’enregistrement du concerto pour violon et orchestre de Marcel Landowski qui lui est dédié, avec l’Ensemble Orchestral de Paris sous la direction de Georges Prêtre, lui vaut une nouvelle Victoire de la Musique en 1997. 

C'est la 3e fois qu'il participe au Concours Reine Elisabeth en tant que membre du jury.

Victor Kissine

Né à Saint-Pétersbourg, Victor Kissine a effectué ses études au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, où il a obtenu son master et son doctorat. Récompensé par l’Irino Prize à Tokyo en 1996, et par l’Académie de Lutèce à Paris en 1993, il a été compositeur en résidence de l’ensemble Musiques Nouvelles entre 1998 et 2000. Il collabore étroitement depuis de nombreuses années avec l’orchestre Kremerata Baltica et Gidon Kremer. Ses œuvres orchestrales ont été jouées notamment par le Belgian National Orchestra, le Komische Oper de Berlin, le Staatsorchester de Stuttgart, le San Francisco Symphony, le Konzerthausorchester de Berlin et les Orchestres Philharmoniques de Düsseldorf et Saint-Pétersbourg. En 2012, il a composé la pièce imposée Caprice pour la demi-finale de la session de violon du Concours Reine Elisabeth. En 2008, Victor Kissine a été élu à l’Académie Royale de Belgique.

Natalia Prischepenko

Natalia Prischepenko est née dans une famille de musiciens, en Sibérie. À l’âge de 7 ans, elle commence le violon avec sa mère, qui, encore aujourd’hui, reste sa meilleure conseillère. Dès 1989, elle rejoint la Musikhochschule de Lübeck, où elle termine ses études avec David Geringas. En 1990, elle gagne le Concours Paganini, et, en 1992, le Concours de violon de Tokyo. L’année suivante, elle est 5e lauréate du Concours Reine Elisabeth. Grâce à sa rencontre avec des artistes comme W. Levin, A. Brendel, les membres du Juilliard String Quartet, du Quatuor Alban Berg ou du Quatuor Emerson, Natalia Prischepenko découvre le monde de la musique de chambre. De 1994 à 2012, elle est membre du célèbre Quatuor Artemis, avec lequel elle remporte les concours ARD et Paolo Borciani, et dont l’enregistrement des quatuors de Beethoven a reçu le Grand Prix de l’Académie Charles Cros. Professeur à la Hochschule für Musik de Dresden, elle donne régulièrement des master classes. 

Le président du jury Gilles Ledure

Né en 1970 à Louvain, Gilles Ledure a étudié la musicologie à l’Université de Louvain et à la Sorbonne à Paris. Depuis 2011, il est Directeur général et artistique de l’institution culturelle Flagey. Sa carrière dans le monde de la musique débute en Belgique à la Monnaie et à l’Orchestre National de Belgique. Il est à la tête de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg à partir de 2006 et devient peu après Directeur artistique de l’Orchestre National de Lille et du Lille Piano Festival jusqu’en 2011. Il siège aux Conseils d’Administration du Concours Reine Elisabeth et du Festival van Vlaanderen Limburg et est membre du Comité Artistique de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. En 2019, il succède à Arie Van Lysebeth en tant que Président du Jury des prochaines sessions instrumentales du Concours Reine Elisabeth : Violon 2019, Piano 2020 et Violoncelle 2021.

source : CMIREB