Le jury du Concours Reine Elisabeth 2016

Le jury 2013 du Concours Reine Elisabeth piano
16 images
Le jury 2013 du Concours Reine Elisabeth piano - © OLIVIER VIN - BELGA

La composition du jury peut varier d’une épreuve à l’autre. Les membres du jury assistent toutefois à l’entièreté de l’épreuve pour laquelle ils ont été appelés à siéger. Chaque membre du jury remet ses notes pour l’ensemble des candidats à l’huissier de justice à la fin de chaque épreuve. Les membres du jury ne votent pas pour leurs étudiants. Il n’y a pas de délibération.

Le Président du jury a pour fonction de diriger les opérations de la session. Il est secondé dans sa tâche par un Secrétaire. Ils ne prennent pas part aux votes.
Les noms des membres du jury sont annoncés à la veille de la première épreuve, lors du tirage au sort qui détermine l'ordre de passage des candidats.

Arie Van Lysebeth le président

Arie Van Lysebeth commence le violon à l’âge de quatre ans. Il s’est formé au Conservatoire de Bruxelles, où il a étudié l’écriture musicale, le basson, la musique de chambre et la direction d’orchestre. Après concours, il se voit octroyer le poste de basson soliste à l’Orchestre symphonique de la Radio-Télévision Belge. Deux ans plus tard, il devient premier lauréat ex-aequo du Concours International de Prague. Il se perfectionne ensuite en direction d’orchestre auprès de Bruno Maderna à Salzbourg et Pierre Boulez en Suisse. Depuis 1970, il dirige le Vlaams Kamerorkest, en Belgique et à l’étranger. En tant que chef invité, il s’est produit à la tête des grands orchestres belges, ainsi qu’aux États-Unis, en Argentine, à Taïwan, en Grande-Bretagne, en Italie et en Allemagne. Il a ainsi travaillé avec des solistes renommés tels qu’Igor Oistrakh, José Van Dam, Murray Perahia ou Augustin Dumay, parmi d’autres. De 1995 à 2004, il a également été le chef de l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de Bruxelles. Pendant de longues années, il a été professeur de musique de chambre au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles (1970-1994), dont il a assumé la direction de 1994 à 2003. De 2004 à 2014, Arie Van Lysebeth a par ailleurs été directeur artistique de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

Diane Andersen

Diane Andersen, dont le maître fut Stefan Askenase, bénéficia également des conseils précieux de la pianiste hongroise Annie Fischer. Elle poursuit une brillante carrière de soliste, de chambriste et de pédagogue, et donne des concerts à travers le monde dans des salles mythiques comme le Carnegie Hall, le Rudolfinum, le Concertgebouw, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, La Fenice, et joue notamment sous la direction de chefs prestigieux comme Bruno Maderna, Pierre Boulez, Wolfgang Sawallisch, Georges Prêtre ou Okko Kamu. Elle a reçu différentes distinctions et plusieurs prix : l’International Steinway Artist, le Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros, le Trophée Fuga (UCB), la Harriet Cohen International Bach Medal, le Classical Music Award (Midem). Sa vaste discographie comprend plusieurs intégrales (Jongen, Pierné), des œuvres en première mondiale de compositeurs méconnus ou oubliés. Dédicataire et créatrice d’œuvres contemporaines, ses contacts privilégiés avec des musiciens illustres tels que Kodály, Tansman, Nono, Gertler (partenaire et ami de Bartók) seront pour elle des sources inestimables d’enrichissement artistique. Présidente d’EPTA-Belgium Wallonie-Bruxelles et professeur honoraire du Conservatoire Royal de Bruxelles, elle dirige aujourd’hui des master classes en Amérique du Sud et du Nord, au Canada, au Japon, en Chine, en Corée et en Europe. Elle est aussi régulièrement invitée comme membre du jury de grands concours internationaux.

Håkon Austbø

D’origine norvégienne, Håkon Austbø a fait ses débuts en tant que soliste à l’âge de 14 ans. Il a étudié au Conservatoire National Supérieur et à l’École Normale de Musique de Paris, puis à la Juilliard School de New York, à la Hochschule für Musik und Theater de Munich, ainsi qu’à Londres. Après avoir résidé plus de 30 ans aux Pays-Bas, il retourne en Norvège tout en continuant de mener une importante carrière de soliste et de musicien de chambre, dans un répertoire allant du pré-classique jusqu’à la musique contemporaine. Lauréat de nombreux prix, notamment en France (Concours International pour la Musique Contemporaine Olivier Messiaen, en 1971) et en Norvège (Prix de la critique musicale, en 1989 ; Musicien de l’année, en 1992 ; Prix Grieg, en 2003), sa discographie, comprenant plus de 40 titres, a également été récompensée à diverse reprises, pour des enregistrements dédiés entre autres à Skryabin et à Messiaen, ses deux compositeurs de prédilection. En Russie, il est nommé premier vice-président de la Société Skryabin. En 1994, il initie et monte le projet " Luce ", réalisant pour la première fois de façon authentique, la partie de couleurs dans le poème symphonique Prométhée de Skryabin, créée à La Haye, puis dans plusieurs autres pays. Olivier Messiaen considérait par ailleurs Håkon Austbø comme " l’interprète rêvé de sa musique ". Le pianiste mène en ce moment un projet de recherche pour réaliser des projections colorées dans les œuvres d’Olivier Messiaen.

Frank Braley

Frank Braley effectue ses études au Conservatoire National Supérieur de Paris, auprès de Pascal Devoyon, Christian Ivaldi et Jacques Rouvier. En 1991, il remporte le 1er Prix et le Prix du Public du Concours Reine Elisabeth. Régulièrement invité au Japon, aux États-Unis, au Canada et dans toute l’Europe, il se produit en récital, en musique de chambre (avec des partenaires comme Renaud et Gautier Capuçon, Maria João Pires, Augustin Dumay, Paul Meyer, Gérard Caussé, Éric Le Sage, Emmanuel Pahud, Mischa Maisky, Yuri Bashmet), et, en soliste, avec des formations telles que l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France, l’Orchestre National de Belgique, le Philharmonique Royal de Liège, l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig, les philharmoniques de Rotterdam, Tokyo, Los Angeles, Londres, les symphoniques de Boston, Baltimore, Seattle, parmi d’autres. Il a ainsi joué sous la direction de Jean-Claude Casadesus, Charles Dutoit, Armin Jordan, Hans Graf, Günther Herbig, Christopher Hogwood, Marek Janowski, Kurt Masur, Yehudi Menuhin, Antonio Pappano, Walter Weller. Il se passionne aussi pour des projets originaux, comme l’intégrale des sonates de Beethoven, donnée en 2004 au festival de La Roque d’Anthéron, ainsi que dans plusieurs villes françaises, à Rome et au Brésil, puis à Bilbao, Lisbonne et Tokyo. Il a réalisé plusieurs enregistrements pour Harmonia Mundi, Naïve, Virgin et Virgin Classics. Dès 2014, Frank Braley succèdera à Augustin Dumay au poste de Directeur Musical de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie.

Iain Burnside

La carrière de Iain Burnside se décline dans différents domaines, où il se distingue de manière égale : comme pianiste, d’une part, et dans les rôles qu’il assure à la radio comme présentateur et comme programmateur, d’autre part. En tant qu’accompagnateur vocal, il s’est produit en récital avec les plus grands chanteurs à travers le monde. Sa discographie, riche de plus de 50 enregistrements, aborde un répertoire éclectique, allant de Beethoven et Schubert à Schoenberg, Copland, ou d’autres compositeurs plus récents. Une place particulière est également réservée aux songs anglaises, comme en témoignent ses disques consacrés à Britten, Finzi, Ireland, Butterworth, Parry et Vaughan Williams. En 2014, il a enregistré, pour Delphian, l’intégrale des mélodies de Rachmaninov, avec sept artistes russes exceptionnels. Pour la Guildhall School of Music and Drama, il a écrit plusieurs pièces de théâtre très singulières. Sa pièce radiophonique A Soldier and a Maker, diffusée sur Radio3, dans le cadre des cérémonies en souvenir de la Première Guerre mondiale sur la BBC, a également été jouée au Barbican Centre et au Festival de Cheltenham. Iain Burnside est professeur et animateur à la Royal Opera House et au National Opera Studio. Il est également International Visiting Artist à la Royal Irish Academy of Music de Dublin.

Peter Donohoe

Depuis sa victoire partagée au Concours international Tchaikovsky de Moscou, en 1982, Peter Donohoe mène une brillante carrière internationale. Il a joué avec tous les orchestres majeurs de Londres, ainsi qu’avec de nombreux orchestres européens et américains. Invité par les festivals les plus prestigieux, on a pu le voir 18 fois aux BBC Proms de Londres. Ses engagements récents ou futurs comprennent des concerts avec l’Orchestre philharmonique de Dresde, le BBC Concert Orchestra, le Konzerthausorchester de Berlin, le BBC Philharmonic Orchestra et le City of Birmingham Symphony Orchestra (sous la direction de Simon Rattle). Il réalise aussi une tournée en Angleterre avec l’Orchestre symphonique de la Fédération de Russie, et donne des concerts en Amérique du Sud, en Europe, à Hong Kong, en Corée, en Russie et aux États-Unis. Sa large discographie comprend un second enregistrement récent des sonates de Prokofiev (SOMM Records) ; les Préludes et Fugues de Shostakovich (Signum Records) ; et un disque d’œuvres pour piano solo de Skryabin. Peter Donohoe a reçu un doctorat honorifique en musique dans sept universités anglaises, et, en 2010, il figure sur la liste honorifique de l’Ordre de l’Empire britannique, pour services rendus à la musique classique.

Nelson Goerner

Né en Argentine, en 1969, Nelson Goerner a étudié au Conservatoire national de Buenos Aires, où il remporte le Concours Franz Liszt, en 1986. Il part ensuite étudier en Suisse, auprès de Maria Tipo. En 1990, il remporte le Concours international de Genève. Fréquemment invité aux festivals de La Roque d’Anthéron et de Verbier, il se produit dans les grandes salles de Paris, Munich, Stuttgart et Milan. Il joue en soliste avec des orchestres comme le Philharmonia Orchestra, le Deutsches-Symphonie Orchester de Berlin et le NHK Symphony Orchestra de Tokyo. À deux reprises, il a donné un récital lors des BBC Proms de Londres et a joué en soliste avec le BBC Philharmonic Orchestra. En avril 2013, il a interprété des œuvres de Chopin, Rachmaninov et Debussy dans la série " Meesterpianisten " du Concertgebouw d’Amsterdam. Dans le domaine de la musique de chambre, il a pu jouer avec des musiciens de renommée internationale et s’est distingué en tant qu’accompagnateur de Lieder. Nelson Goerner a réalisé de nombreux enregistrements, parmi lesquels figurent des œuvres de Chopin, Rachmaninov, Liszt et Busoni. Il a reçu un " Diapason d’Or " pour un enregistrement réalisé pour l’Institut Chopin de Varsovie.

Markus Groh

Depuis qu’il a remporté le 1er Prix au Concours Reine Elisabeth, en 1995, Markus Groh, d’origine allemande, s’est imposé comme l’un des pianistes incontournables de sa génération. Sa carrière internationale l’a mené à se produire avec des orchestres comme le London Symphony, le Cleveland Orchestra, le New York Philharmonic, le Philadelphia Orchestra, le National Symphony Washington D.C., le San Francisco Symphony, le New Japan Philharmonic et le St. Petersburg Philharmonic, sous la baguette de chefs renommés comme Ivan Fischer, Neeme Järvi, Fabio Luisi, Kent Nagano, Jonathan Nott ou David Robertson. En récital, il a pu jouer dans les plus grandes salles, à Amsterdam, Athènes, Berlin, Bruxelles, Francfort, Londres, Munich, New York, Tokyo, Toronto, Vancouver, Vienne, Washington D.C. et Zurich. Son premier enregistrement SACD, comprenant la Sonate en si mineur, la Fantaisie et Fugue sur B-A-C-H et la Totentanz de Franz Liszt, a reçu d’élogieuses critiques, tant dans la presse internationale (The TimesFrankfurter Allgemeine Zeitung, entre autres) que dans la presse spécialisée. Un deuxième enregistrement, dédié à Brahms, a également été accueilli favorablement. Markus Groh vit à Berlin et à New York.

Daejin Kim

En 1985, Daejin Kim remporte le Concours international Robert Casadesus (Cleveland), et, l’année suivante, il fait ses débuts à New York. Depuis lors, il a joué en récital et avec orchestre dans les plus grandes villes des États-Unis, d’Europe et d’Asie. Il est nommé Professeur de l’Année par la Music Association of Korea, en 2006, et a également reçu la décoration d’Artiste de l’Année du Ministère de la culture, en Corée. Il a été membre du jury de concours internationaux comme ceux de Ferruccio Busoni, Beethoven (Bonn), Leeds et Rubinstein. Depuis 2008, il est directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Suwon, orchestre qu’il dirige, en 2012, lors d’une tournée européenne, qui se produit à Munich, Vienne et Prague, ainsi qu’au Festival Merano. Sa discographie comprend deux concertos pour piano de Mozart, avec l’Orchestre symphonique national de la Radio polonaise, qu’il dirige également, ainsi qu’un enregistrement live d’un cycle complet des symphonies de Sibelius (Sony). Il est actuellement professeur de piano à la Korea National University of Arts.
 

Aleksandar Madžar

Né à Belgrade, en 1968, Aleksandar Madžar a commencé à étudier le piano avec Gordana Malinovic puis Arbo Valdma, à l’Académie de musique de Belgrade. Il travaille ensuite avec Elisso Virsaladze, à Moscou, et avec Daniel Blumenthal, à Bruxelles. Lauréat de plusieurs prix, dont le 3e Prix au Concours international de Leeds (1996), il remporte le 1er Prix au Concours d’exécution musicale de Genève (1987), au Concours international Ferruccio Busoni (1989) et au Concours Umberto Micheli (1997). En 1990, il a fait ses débuts sur scène avec le Berliner Philharmoniker placé sour la direction d’Iván Fischer. Depuis lors, il s’est produit régulièrement en récital ou en musique de chambre, à travers toute l’Europe. Occasionnellement aussi, il part en tournée en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique du Sud et en Extrême-Orient. Aleksandar Madžar enseigne au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles.

Cécile Ousset

Née à Tarbes, en France, Cécile Ousset étudie avec Marcel Ciampi au Conservatoire de Paris, où elle obtient son Premier Prix de piano à 14 ans. Elle est lauréate de plusieurs concours internationaux dont le Concours Van Cliburn, le Concours Reine Elisabeth, le Concours Long-Thibaud et le Concours Ferruccio Busoni. Elle entame alors une carrière de concertiste qui la mène sur les cinq continents, et enregistre un vaste répertoire qui comprend les concertos de Johannes Brahms, Edvard Grieg, Franz Liszt, Felix Mendelssohn, Robert Schumann, Piotr Tchaikovsky, Sergey Rachmaninov, Sergey Prokofiev, Maurice Ravel, Francis Poulenc, sous la direction de chefs comme Kurt Masur, Simon Rattle, Günther Herbig ou Neville Marriner. Cécile Ousset donne des master classes aux États-Unis, au Canada, en Europe (entre autres à Puycelsi, en France, depuis 1984), en Australie et en Asie. Elle est souvent invitée comme membre du jury des plus grands concours comme les Concours Van Cliburn, Rubinstein, Leeds, Long-Thibaud, etc. En 2011, elle est nommée Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Kun Woo Paik

Né à Séoul, Kun Woo Paik a donné son premier concert à l’âge de 10 ans. Diplômé de la Juilliard School de New York, il a ensuite étudié à Londres, avec Ilona Kabos, puis a suivi les cours de Guido Agosti et Wilhelm Kempf, en Italie. En 1969, il a obtenu la médaille d’Or du Concours international de piano Ferruccio Busoni, et, en 1971, il remporte le Concours Walter Naumburg (New York). En 1974, il fait ses débuts en Europe et, depuis, collabore avec des chefs prestigieux comme Lorin Maazel, Mariss Jansons, Neville Mariner, Wolfgang Sawallisch, John Nelson, Paavo Järvi, etc. Il s’est produit en concert avec des orchestres comme le New York Philharmonic, le London Symphony, l’Orchestre de Paris, le BBC Symphony, l’Orchestre National de Hongrie, les orchestres philharmoniques d’Oslo, de Rotterdam et de Varsovie, l’English Chamber Orchestra, l’Orchestra Sinfonica Nazionale della Rai, etc. Artiste exclusif de DECCA, il a par exemple enregistré des transcriptions par Busoni d’œuvres pour orgue de J.S. Bach, ainsi qu’un album d’œuvres de Gabriel Fauré, récompensé par plusieurs prix en France. Son interprétation de l’intégrale des concertos de Prokofiev a également reçu un " Diapason d’Or de l’Année " (1993). Kun Woo Paik vit à Paris. En 2000, il a été fait Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

Anne Queffélec

Après des études au Conservatoire de Paris, Anne Queffélec reçoit, à Vienne, l’enseignement de Paul Badura-Skoda, de Jörg Demus et surtout d’Alfred Brendel. Les succès remportés dans les concours internationaux de Munich et de Leeds ne tardent pas à faire d’elle une soliste en vue, invitée à travers le monde. Plébiscitée en Europe, au Japon, à Hong Kong, au Canada, aux États-Unis, elle se produit sous la direction de grands chefs et avec des orchestres tels que le London Symphony, le London Philharmonic, le Philharmonia Orchestra, le BBC Symphony, l’Academy of St. Martin in the Fields, le Tonhalle de Zurich, les Orchestres de chambre de Pologne et de Lausanne, le NHK Symphony Orchestra de Tokyo, l’Ensemble Kanazawa, le Hongkong Philharmonic, l’Orchestre National de France et le Philharmonique de Radio France, la Philharmonie de Prague, le Kremerata Baltica. Elle a participé à la bande sonore d’Amadeus, sous la direction de Neville Marriner, et a donné l’intégrale des Sonates de Mozart, en direct sur France Musique, au Festival de la Roque d’Anthéron, confirmant son affinité passionnée avec l’univers mozartien. Elle est à l’affiche de nombreux festivals français et étrangers. À la scène comme pour ses enregistrements, elle cultive un répertoire éclectique, de Haendel à Dutilleux. Elle a réalisé plus d’une trentaine d’enregistrements, gravés chez Erato (" Ravel, Debussy, Fauré "), Virgin Classics ou Mirare (" Satie & Compagnie ", " Ombre et Lumière ").

Elisso Virsaladze

Née en Géorgie, Elisso Virsaladze étudie au Conservatoire de Tbilisi avant de s’installer à Moscou. À 20 ans, elle gagne le 3e Prix au Concours Tchaikovsky, et, quatre ans plus tard, le Premier Prix au Concours Schumann de Zwickau. Depuis lors, elle est reconnue comme l’une des grandes interprètes de Schumann. En dehors de Schumann, ses compositeurs de prédilection sont ceux de la fin du 18e et du début du 19e siècle, particulièrement Mozart, Beethoven et Chopin. Mais elle est également célèbre pour la variété de son répertoire, qui inclut aussi les compositeurs russes modernes. Aujourd’hui, Elisso Virsaladze se produit régulièrement à Londres, Milan, Rome, Paris, Lisbonne, Baltimore, Tokyo ou Berlin, en récital ou en soliste avec orchestre, sous la direction de chefs renommés comme Rudolf Barshai, Kyril Kondrashin, Riccardo Muti, Kurt Sanderling, Wolfgang Sawallisch, Evgeny Svetlanov, Antoni Wit et Yuri Temirkanov. Elle enseigne au Conservatoire de Moscou et à la Musikhochschule de Munich, et siège comme membre du jury dans de nombreux concours internationaux comme ceux de Santander, Munich, Geza Anda à Zurich, Rubinstein à Tel Aviv, Tchaikovsky à Moscou. Ses enregistrements pour le label Live Classics reflètent parfaitement sa personnalité musicale.

Boyan Vodenitcharov

Né en 1960, Boyan Vodenitcharov est lauréat du Concours international Senigallia lorsqu’il entre au Conservatoire de Sofia en 1979. Il obtient ensuite le 3e Prix au Concours Busoni en 1981 et le 3e Prix au Concours Reine Elisabeth en 1983. En 1986 et 1987, il se perfectionne auprès de Leon Fleisher au Peabody Conservatory de Baltimore. Il donne des concerts dans toute l’Europe, aux États-Unis, au Canada et au Japon. De prestigieuses salles de concert l’ont ainsi accueilli, comme le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Palais de la Musique de Strasbourg, la Salle Smetana de Prague, ou encore le Suntory Hall de Tokyo. Depuis une vingtaine d’années, il s’intéresse également aux instruments anciens sur lesquels il a enregistré de nombreux CD. À côté de ses activités d’instrumentiste, Boyan Vodenitcharov travaille aussi dans le domaine de la composition et de l’improvisation. Plusieurs de ses oeuvres ont été jouées en France, en Allemagne, en Belgique et en Bulgarie. Actuellement, il est professeur de piano, de pianoforte et d’improvisation au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles.