Le jury de la première épreuve du Concours Reine Elisabeth

La première édition consacrée au violoncelle du Concours Reine Élisabeth a débuté hier après-midi, à Flagey. Soixante-huit candidats venus des quatre coins du monde vont présenter un récital face au jury, pour tenter d’accéder à la demi-finale qui aura lieu à partir du lundi 15 mai.

Les membres du jury, quinze musiciens de différents horizons, auront l’importante responsabilité de repérer les plus grands talents parmi les candidats. Dirigés par Arie Van Lysebeth, président du concours de longue date, huit d’entre eux devront noter les prestations des postulants à la première épreuve. Bien évidemment, par souci d’équité, ceux-ci ne pourront pas voter pour leurs propres étudiants.

C’est donc l’occasion d’en savoir davantage sur ces membres du jury de la toute première session de violoncelle. Leurs parcours, leurs origines très diversifiés sont des éléments qui constituent la richesse de ce jury.

Arie Van Lysebeth

10 images
Le jury des premières prestations du 8 mai 2017 ©  - Laurent Friob

Violoniste, chef d’orchestre, bassoniste et musicien de rang, Arie Van Lysebeth a travaillé avec artistes les plus prestigieux de sa génération.
Premier lauréat ex æquo du Concours International de Prague, il se voit octroyer le poste de basson soliste à l’Orchestre Symphonique de la Radio Télévision Belge.
C’est en 1970 qu’il entreprend la direction du Vlaams Kamerorkest. Riche de sa réputation, il sera le chef de l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de Bruxelles entre 1995 et 2004.
Conscient de l’importance de la transmission, Arie Van Lysebeth devient professeur de musique dès 1970, en rejoignant le Conservatoire Royal de Bruxelles, pour ensuite être nommé directeur artistique de la Chapelle Musicale Reine Élisabeth jusqu’en 2014.
Aujourd’hui, Arie Van Lysebeth, 78 ans, est sur le point d’entamer sa vingtième présidence du Concours Reine Élisabeth.

Henri Demarquette

Né en 1970, c’est à l’âge de treize ans que le violoncelliste français Henri Demarquette fait son entrée au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris. Après y avoir reçu le Premier Prix à l’unanimité, il se fait remarquer par Yehudi Menuhin, qui l’invite à se produire sous sa direction à Paris et à Prague. Ceci donne un véritable élan à sa carrière internationale, le conduisant à jouer aux côtés de plusieurs pianistes prestigieux tels que Brigitte Engerer, Michel Dalberto ou encore Jean-Bernard Pommier.
S’il est décrit par Le Monde de la Musique comme "un musicien passionné et une personnalité aux facettes multiples", c’est parce que Henri Demarquette oscille entre une approche musicale tant éclectique que traditionnelle. Curieux, il n’hésite pas à repousser les frontières de la musique classique, comme il l’a prouvé à travers son duo avec l’accordéoniste Richard Galliano. Puriste, il accorde également une véritable importance à défendre les œuvres rares du vingtième siècle.
Son talent a été de maintes fois récompensé : en 2005, il reçoit le Prix de la Fondation Simone et Cino del Duca à l’Académie des Beaux Arts de Paris.
Henri Demarquette joue "le Vaslin", violoncelle créé par Stradivarius en 1725.

Roel Dieltiens

Si aucun des candidats n’est originaire de Belgique, Roel Dieltiens, lui, a fait ses études à Anvers puis à Detmold. Le musicien se consacre essentiellement aux répertoires baroque et classique sur des instruments d’époque, mais il est également familier du violoncelle moderne.
Sa personnalité forte et son approche peu conventionnelle l’ont mené aux plus grandes scènes mondiales, qu’il a aussi abordées en tant que musicien de chambre, en fondant le célèbre Ensemble Explorations. Ses nombreux enregistrements ont été vivement salués par la presse.
Riche de ses récompenses, il reçoit notamment un prix Klara et le Prix Caecilia, qui contribueront à forger sa réputation. Il transmet son savoir-faire en tant que professeur à Hochschule der Künste de Zurich et au Lemmensinstituut de Leuven, où il enseigne la musique de chambre. Il a aussi fait partie de plusieurs jurys lors de compétitions internationales telles que les Concours Jean-Sébastien Bach à Leipzig et Tchaïkovsky à Moscou.

David Geringas

Professeur dans plusieurs conservatoires du monde, David Geringas se consacre à faire la promotion de la musique de son pays natal, la Lituanie, dont il est un véritable ambassadeur culturel.
À ses débuts, le musicien suit l’enseignement de Mstislav Rostropovitch. Premier Lauréat du Concours Tchaïkovsky en 1970, c’est cinq ans plus tard qu’il émigre en Allemagne de l’Ouest pour devenir un violoncelliste de premier plan : on lui dénombre aujourd’hui près d’une centaine d’enregistrements d’une grande diversité, dont la plupart ont été applaudis par la presse.
En tant que chef, David Geringas a fait des apparitions aux côtés des orchestres philharmoniques de Kyushu, Tokyo, Moscou, Saint-Pétersbourg, et tant d’autres.
 

Marie Hallynck

Belge d’origine, Marie Hallynck est une soliste confirmée, une chambriste reconnue et une pédagogue passionnée : elle est actuellement professeure au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles.
Elle commence ses études du violoncelle aux côtés de Reine Flachot, Edmond Baert, János Starker et Natalia Gutman. Sa qualification au tournoi Eurovision de la musique classique en 1992 donne un véritable essor à sa carrière internationale : en 2000, elle est nommée "Rising Star" du réseau ECHO et deux ans plus tard, elle est élue "Musicienne de l’année" par la presse belge.
Marie Hallynck poursuit ses projets de soliste en rejoignant les orchestres philharmoniques de Rotterdam et de Saint-Pétersbourg, mais aussi en faisant partie de l’Orchestre de chambre du Concertgebouw d’Amsterdam, de l’Orchestre National de Lille et de l’Orchestre National de Belgique.
Côté enregistrements, son duo avec le pianiste Cédric Tiberghien a donné lieu à un franc succès. En 2006, elle a fondé Kheops avec le pianiste Muhiddin Dürrüoglu et le clarinettiste Ronald Van Spaendonck, cet ensemble lui a permis d’aborder un vaste répertoire de musique de chambre, en formations variées.
En septembre 2010, elle est invitée à siéger parmi les membres du jury du célèbre concours ARD de Munich.
Elle joue sur un violoncelle de 1717 du luthier vénitien Matteo Gofriller.

Frans Helmerson

Le violoncelliste suédois Frans Helmerson commence l’étude du violoncelle avec Guido Vecchi à Göteborg, avant de rejoindre Giuseppe Selmi à Rome puis William Pleeth à Londres. Son chemin croise aussi celui de Mstislav Rostropovitch et de Sergiu Celibidache, qui lui apportent conseils et encouragements. En 1971, il remporte le Concours Cassado à Florence.
En tant que soliste, il traverse tous les continents et s’illustre avec les plus grands chefs d’orchestre : Seiji Ozawa, Colin Davis, Neeme Järvi et tant d’autres. Également passionné de musique de chambre, il se produit régulièrement lors de festivals : à Verbier, aux festivals Pablo Casals et Ravinia… Il finit même par devenir le directeur artistique du festival de musique de chambre de Korsholm (Finlande) entre 1994 et 2001. En 2002, il fonde le Quatuor Michelangelo en compagnie de l’altiste Nobuko Imai et des violonistes Mihaela Martin et Stephan Picard.
Enseignant à la Kronberg Akademie, Frans Helmerson est également professeur invité à la Hochschule für Musik Hanns Eisler de Berlin.

Anssi Karttunen

D’origine finlandaise, Anssi Karttunen vit actuellement à Paris, où il enseigne à l’École Normale de Musique. Il a été formé par Erkki Rautio, Jacqueline du Pré et Tibor de Machula, pour élancer sa carrière comme violoncelle solo du London Sinfonietta.
Musicien confirmé, il commence en étant le directeur artistique de l’Orchestre de Chambre Avanti ! pour ensuite diriger la Biennale d’Helsinki. En 2015, Anssi Karttunen est à la tête du festival Musica Nova à la capitale finlandaise.
L’"éclectisme" serait probablement le mot pour définir le mieux le parcours de celui qui est à l’initiative du Zebra Trio. Familier de la musique contemporaine, il a collaboré avec de nombreux compositeurs tels que Esa-Pekka Salonen, Magnus Lindberg ou encore Kaija Saariaho. Libéré de toute limite, Anssi Karttunen joue tant sur violoncelle baroque que sur piccolo et ne restreint pas son répertoire : sa discographie comprend des œuvres modernes, mais aussi les Sonates de Beethoven, ou des hommages à Jean-Baptiste Barrière.

Antonio Meneses

Né dans une famille de musiciens brésiliens, Antonio Meneses ne tarde par à commencer l’étude du violoncelle aux côtés de Antonio Janigro à Dusseldorf, puis à Stuttgart. Familier des concours dès son plus jeune âge, il est couronné par de nombreuses récompenses : le Premier Prix au Concours de Munich (1977) et la même récompense au Concours Tchaïkovsky à Moscou (1982).
Régulièrement invité par de grands orchestres internationaux, Antonio Meneses joue sous la direction des chefs les plus confirmés : Herbert von Karajan (avec qui il a également enregistré Don Quichotte de Richard Strauss et le Double Concerto de Brahms), Claudio Abbado, Riccardo Muti, Iouri Temirkanov, et tant d’autres.
En tant que musicien de chambre, il a été membre du Beaux Arts Trio pendant dix ans, et s’illustre souvent en duo avec Maria-João Pires. Côté enregistrements figure l’intégrale des Sonates de Beethoven, en collaboration avec le pianiste allemand Menahem Pressler ainsi que l’œuvre complète pour violoncelle d’Heitor Villa-Lobos.
Il enseigne l’instrument à la Musikhochschule de Berne depuis 2008, et intervient régulièrement dans des écoles de musique à Madrid, Sienne, mais également au Canada et au Japon.

Pieter Wispelwey

Pieter Wispelwey est originaire des Pays-Bas. Il étudie le violoncelle auprès de Dicky Boeke et d’Anner Bylsma à Amsterdam, puis avec Paul Katz aux États-Unis et William Pleeth en Angleterre. Autant à l’aise sur instrument ancien que moderne, son talent est remarqué dès 1992, lorsqu’il devient le premier violoncelliste à recevoir le Nederlandse Muziekprijs.
Soliste, il s’est produit avec les plus grands orchestres du monde : le Boston Symphony, le Tokyo Philharmonic, le London Philharmonic, le BBC Symphony ou encore le Budapest Festival Orchestra. Il s’illustre avec des chefs d’orchestre réputés, tels que  Iván Fischer, Esa-Pekka Salonen, Herbert Blomstedt, Yannick Nézet-Séguin, Kent Nagano, Neville Marriner, Philippe Herreweghe... Il donne également plusieurs concerts pour rendre hommage aux Suites pour violoncelle seul de Bach.
Son répertoire couvre trois siècles d’histoire de la musique, de Vivaldi à Ligeti.
En 2012, Pieter Wispelwey fonde le Quartet-Lab, en collaboration avec les violonistes Patricia Kopatchinskaja, Pekka Kuusisto et Lilli Maijala.
Sa discographie comporte une trentaine d’albums sous les labels Channel Classics, Onyx et Evil Penguin Classic.