La demi-finale du mardi 10 mai en compagnie d'un des 6, Lenaart T'jollyn

Demi-finale à Flagey
Demi-finale à Flagey - © RTBF Musiq'3

Après le sport ce matin, je me sentais tout frais et plein d’énergie pour commencer ma journée de sessions complètes à Flagey. J'avais hâte d'entendre les différentes interprétations des concertos de Mozart (en espérant qu'il y en aurait, des différences !) et des récitals encore plus faits sur mesure pour les candidats.

Malheureusement, les concertos de Mr Dongkyu Kim et Mr. Atsushi Imada m'ont pas pu me plaire pour autant. Selon moi Ils s'abstenaient d'en faire quelque chose de différent et doté d'une touche personnelle tout en respectant les normes classiques mozartiennes.

Donc, mis à part le fait qu'ils ont montré leurs facilités techniques, rien de plus extraordinaire.

La pause. Dont j'avais besoin pour me remettre dans une écoute totalement remise (Oh, que je plains les membres du jury qui passent leur vie au concours pendant ces 3 longues semaines et qui sont obligés, à chaque fois, de garder leur concentration, d'écouter d'une façon, à la fois objective et claire, et à la fois de laisser s’exprimer le candidat et la musique à sa manière et d'en donner un jugement justifié.) Café obligé au Belga, LE café à côté de Flagey. 15 minutes plus tard, les cloches sonnent. Non, on n'est pas dimanche à 8h du matin. C'est bien le son des cloches qui rappelle au public que la deuxième moitié de la session ne tardera pas à commencer.

Une fois que tous les membres du jury se sont installés et que public fumeur a évacué le reste de goudron en toussant, le chinois Ruoyu Huang attaque la deuxième moitié de la session avec l'imposée : '' Tears of LIghts'' de Fabian Fiorini. Belle interprétation avec beaucoup de poésie et finesse. Cette poésie sera gardée tout au long de son récital.

Rien que les deux premières mesures de son Barcarolle en fa dièse majeur op. 60 de Chopin m'ont fait accrocher du début à la fin.

Puis Ondine de Ravel : larmes aux yeux (ce qui m'arrive rarement), chair de poule.

Et en dessert, la sonate numéro 2 de Rachmaninov.

Une force pianistique, sans être dure, une large gamme de couleurs et des belles lignes mélodiques cachées qu'il a fait ressortir.

Pour moi, ce monsieur passe en finale, incontestablement. J'espère que le jury en pense la même chose...

Lukas Vondracék, avec son interprétation de l'imposé, m'a le plus impressionné. Une véritable prise en mains de l'œuvre d'une façon personnelle et déterminée. Rythmique et agité, s'alternant avec des passages plus lyriques et profonds.

La sonate en fa mineur de Brahms, œuvre de 45 minutes (rien d'étonnant quand on parle de Brahms), ne m'a pas ennuyé une seule seconde sous les doigts du Tchèque, ce qui est plutôt rare. Cette œuvre demande avant tout une exigence technique et une persévérance niveau concentration.

Un profil parfait pour la finale me semble-t-il.

Hop, un petit bout de pizza chez Mamma Roma sur la place de Flagey et c'est parti pour la session de 20h !

Les concertos de Mozart exécutés par Ms EunAe Lee et Mr Alexander Beyer m'ont pas trop interpelé non plus. Lee démontrait ses capacités techniques bien propres et Beyer voulait avoir fini le plus tôt que possible, j'ai eu l'impression.

Ms Dinara Klinton a fait son imposé comme il faut, mais sans rien de plus personnel. Le reste de son récital était tout à fait travaillé et fini, mais comparé à ses prédécesseurs de cet après-midi, elle n’aura peut-être pas sa place dans la finale.

Larry Weng au contraire a fourni un travail plus recherché de Tears of Lights, et cela s'entendait.

Les Miroirs de Maurice Ravel étaient une parfaite conclusion de la soirée. Des ambiances planantes avec un ''alborada del gracioso'' super rythmique et vif ont fait qu'il était mon préféré de cette session.

J'attends demain avec impatience.