L'avant dernière soirée de finale du Concours, avec Dmitry Shishkin et Alberto Ferro

Dmitry Shishkin avec l'Orchestre National
Dmitry Shishkin avec l'Orchestre National - © RTBF Musiq'3

C'est le pianiste russe Dmitri Shishkin, 24 ans, qui joue le premier. Sa prestation était assez attendue : son concerto de Mozart et son récital avaient été très remarqués en demi-finale.

Dans l'imposé, on retrouve deux traits saillants : la souplesse et le son. Il fait de jolies choses. Il peut avoir de la puissance sans aucune brutalité.

Puis il joue le 1er concerto de Tchaikovsky. Dans le deuxième mouvement il n'amène pas vraiment de couleurs. Il termine par un mouvement tout aussi rond que le reste, presque trop sage. Comme si dans sa version du concerto il manquait toujours quelque-chose, plus de magie, d'emportement, d'élan. Il donne l'image d'une fleur prête à éclore, et qui restera toujours en bouton.

Après la pause c'est au tour du candidat italien Alberto Ferro, 20 ans, le benjamin du concours. C'est le seul finaliste jusqu'à présent qui joue l'imposé de Claude Ledoux par cœur, un véritable tour de force. Ça lui permet de regarder beaucoup plus que les autres la cheffe d'orchestre, et d'avoir plus de facilités pour dialoguer avec l'orchestre.

Puis, Alberto Ferro joue un concerto qu'il présente régulièrement depuis l'âge de 14 ans, un concerto que l'on n'avait plus joué au Reine Elisabeth depuis 1964 : le 1er concerto de Rachmaninov. Il prend bien le temps de poser ses phrases, de les terminer, avec rigueur et stabilité comme au cours des deux premières épreuves. On remarque une belle connivence avec la cheffe Marin Alsop. Mais, comme c'est le cas dans son jeu depuis le début du concours, on regrette du charme et de la poésie.