Concours Reine Elisabeth session d’été : Lorenzo Gatto et Sumi Hwang

Ces deux artistes n’ont pas a priori que peu de points communs, mais l’un et l’autre aiment faire chanter leur instrument. Dans cette émission consacrée aux lauréats qui ont marqué le Concours Reine Elisabeth, et réalisée par Thierry Loreau, voici le Petit Prince et la Diva, Lorenzo Gatto et Sumi Hwang. 

Une session à revoir ci-dessous

Lorenzo Gatto, le Petit Prince

4 images
Lorenzo Gatto, à la remise des prix du Concours Reine Elisabeth, en compagnie de la Reine Fabiola © BELGA PHOTO HERWIG VERGULT

Discipline : violon

Deuxième Prix : 2009

Pays : Belgique

Age : 22 ans

Lorenzo Gatto, 2e Prix du Concours Reine Elisabeth 2009, avait joué le Concerto n° 1 de Paganini lors de sa finale. Ses origines italiennes lui ont donné des prédispositions pour le bel canto, cette envie de chanter chaque note, de la partager avec ses auditeurs, de plaire au public. Ce concerto est un hymne au chant, à la chaleur italienne et Lorenzo sait comment appréhender chaque phrase, il connaît le secret pour la rendre belle.

Il aime les défis aussi. Il a osé se remettre en question, partir à Vienne étudier auprès de Boris Kuschnir et repartir de zéro. Il y a acquis une belle assurance et une technique sûre et affirmée. Il parvient à dépasser les difficultés pour proposer une interprétation aboutie et pleine de sens. Pourtant, ce concerto recèle de multiples difficultés. Paganini n’était pas appelé le Roi du violon pour rien. Mais Lorenzo s’en amuse.

Le public aime aussi d’autres facettes de Lorenzo : il est authentique, il est spontané, il aime donner, il est généreux avec son public et ses amis qui le lui rendent bien. Sa passion pour l’aviation, tout comme Saint-Exupéry, lui donne un air de Petit Prince, d’un homme qui vit pour ses passions, toujours à la recherche de nouvelles connaissances et sensations, qui mord dans la vie à pleines dents tout en respectant les autres.

Le portrait qui suit a été réalisé à l’occasion du concert de clôture du Concours en 2009.

Sumi Hwang, la diva

4 images
La 1re lauréate Sumi Hwang, en compagnie de la Reine Mathilde, à la remise des prix à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, en juin 2014 © BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Discipline : chant, soprano

Premier Prix : 2014

Pays : Corée du Sud

Age : 28 ans

Sumi Hwang, qui a remporté le Premier Prix en 2014, fait partie de cette fameuse vague coréenne, appelée la K-Classics Generation, en référence à la K-Pop qui déferle sur le monde. Depuis une quinzaine d’années, les Coréens, grâce à leur ténacité, leur abnégation face au travail, leurs universités révolutionnaires et leur passion pour la musique classique, remportent la plupart des Premiers Prix dans les plus grands concours internationaux.

Sumi est une diva mais dans le bon sens du terme. Elle est l’élégance et la classe incarnée. Toujours attentive à son look, toujours bien habillée et maquillée, elle resplendit sur scène. Depuis toute petite, elle aime la comédie, se mettre dans la peau d’autres personnages et jouer. Aucun doute, Sumi est née pour faire de l’opéra.

En finale, elle a chanté dans 3 langues européennes qui ne sont pas les siennes : l’allemand, le français et l’italien. Toujours avec un égal bonheur. Elle apprécie les rôles italiens où elle peut montrer toute son agilité dans les aigus, notamment dans Donizetti et son caractère plus dramatique dans Puccini. Elle a aussi chanté Im Abendrot de Richard Strauss, un lied d’atmosphère tout en intériorité que le compositeur a écrit à la fin de sa vie. Il fallait oser s’attaquer à ce monument dans une finale. Elle avait réussi à y trouver le calme, la sérénité, le ton juste d’une personne qui attend la mort.

Le portrait émouvant qui suit, a été réalisé quelques jours après la proclamation.