Compte rendu de la première soirée de Finale

Le premier finaliste à s'exécuter devant le jury, Ao Li
5 images
Le premier finaliste à s'exécuter devant le jury, Ao Li - © RTBF

Ce jeudi, c'était la première soirée de la finale du Concours Reine Elisabeth de chant. La finale se déroule au Palais des Beaux Arts de Bruxelles jusqu'à samedi... et chaque soir, quatre candidats chantent avec l'Orchestre Symphonique de la Monnaie. Ils présentent un récital d'environ une demi-heure chacun.

Des applaudissements, le public se lève et La Brabançonne pour commencer la soirée : le Roi et la Reine sont là.

C'est l'un des favoris du concours 2018 qui ouvre la finale : le baryton-basse chinois Ao Li. Dans le Rossini Les gestes sont précis : agilité, fluidité, il est tellement expressif et montre une technique assez époustouflante... Le genre d'artiste qui vous prend par la main en début de prestation et qui ne vous lâche plus jusqu'à la fin de son récital.

Après lui, arrive le baryton argentin Germán Enrique Alcántara, il a le même âge : 30 ans. Il s'affirme tout de suite dans Mozart : le programme est lourd et difficile mais il assure jusqu'au bout et sort sa meilleure carte à la fin avec Figaro dans le Barbier de Séville.

Après la pause, voici la seule soprano coréenne retenue pour cette finale : Sooyeon Lee. Belle version d'un air de Mozart pour commencer son programme. Dans Verdi, elle respire et crée une atmosphère tout à fait particulière.

C'est le baryton ukrainien Danylo Matviienko qui referme la soirée, peut-être moins convainquant qu'à Flagey, mais il termine en beauté avec un magnifique Rachmaninov.