Compte rendu de la finale du Concours Reine Elisabeth : les réactions du 1er lauréat, Jonathan Fournel

Le premier lauréat, le Français Jonathan Fournel a 27 ans, il étudie à la Chapelle musicale Reine Elisabeth.

Sa prestation hier soir était magnifique, avec de la sensibilité, de la finesse et un investissement total dans son jeu.

"Je suis encore un peu sur un petit nuage, déclare-t-il après la proclamation, c’est assez dingue, c’est vrai que quand ils ont annoncé mon nom, c’était.. Waow ! Je ne réalise pas encore. Puis c’est vrai que j’ai plutôt passé une très mauvaise nuit, faut le dire !"

pour revoir toutes ses prestations durant les différentes épreuve du Concours

Le deuxième lauréat est le candidat russe Sergei Redkin, puis vient le 3e : Keigo Mukawa, japonais. Ensuite à la 4e place, Tomoki Sakata, japonais lui aussi, et enfin les 5e et 6e lauréats : les russes Vitaly Starikov et Dmitry Sin.

Le pianiste belge Jean-Claude Vanden Eynden faisait partie du jury : "Je trouve qu’on a couronné ceux, d’abord, qui ont fait de la musique avant de faire, peut-être, du piano".

Toutes les prestations se sont données à huis clos. Pour le pianiste français Jean-Philippe Collard, également membre du jury, c’est une donnée très importante pour les candidats : "Personne devant, sauf 12 nœuds papillon comme ça, qui sont là pour les écouter et les juger, il n’y a pas le soutien du public".

Les lauréats donneront maintenant toute une série de concerts, dans le cadre du Concours. Et l’an prochain, le Concours Reine Elisabeth sera consacré au violoncelle.

Réactions à chaud du 1er lauréat, Jonathan Fournel

Je suis encore un peu sur un petit nuage, c’est assez dingue, c’est vrai que quand ils ont annoncé mon nom, c’était… Waow ! Je ne réalise pas encore.

Comment vous vous sentiez ce soir ?

Stressé, et en même temps, je me disais que j’ai essayé de faire le maximum de ce que j’ai pu, surtout après cette semaine qui n’était pas forcément facile, à apprendre l’œuvre de Bruno Mantovani. Et aussi les deux derniers jours où je me demandais s’il fallait que je travaille beaucoup ou bien que j’essaie de réserver encore des forces pour ce soir, donc j’étais un peu mitigé. Puis, c’est vrai que j’ai plutôt passé une très mauvaise nuit, faut le dire !

Et même cette journée était très très longue, mais finalement en regardant maintenant la journée, en fait, ça s’est passé très vite ! C’est extrêmement stressant, j’en parlais encore tout à l’heure avec Sergei (Redkin), je lui disais, oh peu importe ce qui se passe, j’ai plus envie de faire de concours ! J’ai ce stress, cette angoisse, qu’il y a eu pendant un mois, c’était vraiment pas facile, et en plus, il n’y a pas vraiment de solution pour gérer ça… C’était difficile, et pas que pour moi, pour les gens qui m’entourent, même pour mes parents, pour ma copine qui était tout le temps avec moi, et pour elle, c’était extrêmement difficile de pouvoir me supporter… C’est bien que ce soit fini et que ça finisse bien !