4e soirée de finale au Concours Reine Elisabeth : compte rendu de la prestation de Sergei Redkin

Hier soir, pour cette quatrième soirée de finale du Concours Reine Elisabeth, nous avons pu entendre un candidat russe de 29 ans, Sergei Redkin, étudiant à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

Sergei Redkin commence par l’imposé de Bruno Mantovani : "D’un Jardin féerique". Ce qui frappe tout de suite, c’est la connexion avec l’orchestre. La partition semble parfaitement découpée, on sent que Sergei Redkin sait où il va. Le ton est décidé, presque trop souvent sec.

Si les harmonies sont toujours là, on s’éloigne des références à l’esprit de Ravel qu’on a pu retrouver dans d’autres interprétations. Un jardin féerique qui fait plutôt peur.

Et puis : le contraste. Le thème du 1er mouvement du 3e concerto de Rachmaninov. Il y a une certaine tendresse. Cette musique, ce concerto, Sergei Redkin, Russe tout comme Rachmaninov, il la maîtrise à fond. Il reste bien ancré dans le moment et ne tombe pas dans des automatismes. Chaque phrase a un début et une fin. Rien n’est jeté. L’attention au chef et à l’orchestre est remarquable.

Le deuxième mouvement n’est que passion mais on ne décèle aucune trace de fragilité.

Enfin, le dernier mouvement est en force. On regrette que la palette de couleurs sonores ne soit pas plus large, on se serait bien assis par moments pour reprendre son souffle mais il n’en laisse pas le temps ! D’ailleurs il s’emballe - dommage ! – c’est la course avec l’orchestre.

Créativité, vitalité, pour cette finale, Sergei Redkin a tout donné, à sa manière, sans aucune retenue.

pour revoir la soirée de finale de Sergei Redkin

Le portrait du finaliste Sergei Redkin

La prestation de Sergei Redkin est sans doute l’une des plus attendues de cette finale. Dans Mozart en demi-finale, d’emblée c’est un son lumineux, brillant… Il y a de la poésie, et il nous offre un Mozart frais et spontané.

Sergei Redkin a décroché un 3e prix au concours Tchaikovsky à Moscou en 2015.

Et quand on lui demande ce qu’il attend du Reine Elisabeth :

"C’est une bonne question que je me pose à moi-même avant chaque nouvelle étape du Concours. J’ai toujours pensé que ce concours-ci était en quelque sorte fait pour moi. Le concours Tchaikovsky, c’est un autre programme, et c’est fait pour un autre type de musiciens, plus extravertis. Par contre pour ce concours-ci, je pense qu’ils se tournent plutôt vers des musiciens plus introvertis, plus intellectuels, et je pense que c’est plutôt ça, mon truc".

Pour cette finale Sergei Redkin a choisi le 3e concerto de Rachmaninov. Alors comment compte-t-il amener encore de la nouveauté dans l’interprétation d’une pièce aussi connue, aussi populaire ?

"Oui. Je pense que la partition de ce concerto est tellement riche et qu’il y a tellement de choses à en tirer que ça ne vieillira jamais. Pour moi, personnellement je trouve intéressant ce côté étrange et effrayant chez Rachmaninov".