Ronald Van Spaendonck, les interviews d'un jeune soliste devenu clarinettiste international

Jeunes solistes, Grands destins, plein feu sur Ronald Van Spaendonck
5 images
Jeunes solistes, Grands destins, plein feu sur Ronald Van Spaendonck - © RTBF Thierry Loreau

Dans le deuxième portrait de la nouvelle saison de Jeunes solistes, Grands destins, plein feu sur Ronald Van Spaendonck, considéré comme l'un des meilleurs clarinettistes de sa génération.

Musicien apprécié pour son talent, son aisance et son sens de l'humour, Ronald a brûlé toutes les étapes. Lui qui avait choisi la clarinette pour s'amuser dans les harmonies de sa région, aura un tout autre destin. Il gagnera beaucoup de concours internationaux, s'illustrera dans les festivals les plus prestigieux et intégrera l'Orchestre National de Belgique.

Il avait participé à l’émission des Jeunes Solistes en 1986 à l’âge de 16 ans. Plus de trente après, Thierry Loreau et Pierre Barré l'ont interviewé dans différentes villes du monde pour retracer son parcours.

Retrouvez ici les interviews intégrales de ce portrait.

 

Depuis qu’il a rencontré son épouse en Chine, sa vie s'est liée à ce grand pays. C’est la raison pour laquelle nous l’avons suivi au festival de Xi’An, où un public exalté l'attendait. Ce voyage dans cette contrée lointaine révèle son caractère d’amuseur, mais aussi son incroyable talent.

Fuyant la cacophonie de la ville, il se livre dans le calme d'un temple chinois. Il raconte son rapport à la culture chinoise, ses rêves de petit garçon et les difficultés de la solitude lorsqu'il est loin de ses proches.

Une heure avant son concert, il semble plutôt serein et ménage son énergie avec brio. Son secret ? La sieste, ce qui lui rappelle le jour où il a appris qu'il allait devenir papa...
Ce qui importe Ronald, c'est de divertir le public. Toujours en quête d'originalité, il a prévu de jouer de la musique classique française, mais aussi des pièces de compositeurs méconnus du public chinois. Il prépare même un final pour le moins inattendu !

Ronald Van Spaendonck est aussi professeur, notamment à l’École Normale de Musique de Paris, "un lieu magique" d'après lui. Dans une classe où ses étudiants sont majoritairement asiatiques, il nous explique comment s'adapter malgré les frontières linguistiques.

La musique de chambre reste l'une de ses passions, c'est pour lui un moyen de se libérer des approches pédagogiques, parfois trop rigides. Avec deux amis, il a créé l’ensemble Kheops il y a 10 ans et nous emmène dans un concert anniversaire sur les rives du Bosphore à Istanbul.

Avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, sous la baguette de Frank Braley, Ronald interprète les concertos de Mozart et de Copland à L’Arsonic à Mons et touche au jazz dans une page inspirée de Gershwin.

Retrouvez l'intégralité de l'émission sur RTBF Auvio.