Mirga Grazinyte-Tyla, portrait d'une cheffe d'orchestre hors du commun

Mirga Grazinyte-Tyla, portrait d’une cheffe d’orchestre hors du commun
Mirga Grazinyte-Tyla, portrait d’une cheffe d’orchestre hors du commun - © Arte

C'est grâce à son expérience et sa musicalité qui allie tradition germanique et bagage musical multi-culturel que la jeune cheffe d’orchestre a été nommée à la tête de l’Orchestre de Birmingham. Un portrait de Daniela Schmidt-Langels pour Arte.

 

Née en août 1986, Mirga Gražinytė-Tyla a grandi dans une famille de musiciens à Vilnius. Elle développe très vite des capacités à la direction musicale alors qu’elle étudie en Autriche à Graz, Leipzig et Zurich. En 2011, elle est nommé 2. Kapellmeisterin” (second maître de chapelle) au Théâtre Heidelberg puis passe maître à l’opéra de Berne en 2013. Elle devient ensuite directrice musicale du théâtre de Salzbourg en 2015. Mirga Gražinytė-Tyla a aussi été invitée à diriger l’orchestre de Los Angeles avant d’être assistante puis cheffe d’orchestre adjointe.

 

Le reportage la suit en 2016, alors qu’elle vient d’être nommée directrice musicale de l’Orchestre symphonique de Birmingham, elle est alors la première baguette féminine à occuper ce poste alors qu’elle avait 29 ans. Juste avant la première représentation Mirga Grazinyte-Tyla confie ses impressions. La jeune Lituanienne est une cheffe d’orchestre enthousiaste et démonstrative, qui se met à l’égal des musiciens et c’est pour cette raison qu’elle est particulièrement appréciée. Quand elle travaille sur l’interprétation de L’après-midi d’un faune” de Claude Debussy d’après Stéphane Mallarmé, la cheffe d’orchestre montre son perfectionnisme sur chaque note et son émerveillement musical permanent. La réalisatrice Daniela Schmidt-Langels a suivi Mirga Gražinytė-Tyla pendant quelques mois pour délivrer ce portrait doux et tout en ferveur de cette cheffe d’orchestre exceptionnelle à l’incessante énergie”. 

 

 

Le reportage La cheffe d'orchestre Mirga Grazinytė-Tyla” de Daniela Schmidt-Langels est à voir sur Arte jusqu’au 2 avril 2018.