Le concours de piano Chopin de plus en plus populaire en Asie

Plus de 500 jeunes pianistes – un record – ont envoyé leur candidature pour la 18e édition du prestigieux concours international de piano Chopin, qui a lieu tous les 5 ans à Varsovie. Près de la moitié d’entre eux vient d’Asie, a-t-on appris jeudi auprès des organisateurs polonais. Ainsi, plus de cent Chinois – ce chiffre comprend également des candidats de Hong Kong et de Taïwan – forment le contingent le plus important à vouloir participer à cet événement majeur de la vie musicale mondiale en 2020, a indiqué l’Institut national Frédéric Chopin de Varsovie.

Quelque 90 Japonais et une soixantaine de Polonais se sont également présentés à ce concours, réservé aux pianistes âgés de 16 à 30 ans. Après la victoire, lors de l’édition précédente en 2015, du Sud-Coréen de 21 ans Seong-Jin Cho, 35 de ses compatriotes de ce dernier ont envoyé leur dossier. Parmi les 53 pays représentés sur la liste des participants potentiels, les groupes les plus fournis, après les Asiatiques et les Polonais, sont les Américains, les Canadiens, les Russes et les Italiens. Les Français seront une quinzaine.

Une étape dans la carrière de grands pianistes

Des Asiatiques sont présents également parmi les membres du jury, comme le Vietnamien Dang Thai Son, qui vit à Montréal, la Chinoise Sa Chen et la Franco-Japonaise Akiko Ebi. Une commission doit maintenant choisir d’ici le 9 mars environ un tiers des candidats – soit 160 pianistes – qui seront admis à l’épreuve éliminatoire, du 17 au 28 avril à Varsovie. Celle-ci permettra de sélectionner les 80 participants au concours proprement dit qui se déroulera du 2 au 21 octobre.

Le Concours Chopin, lancé en 1927, a marqué une étape importante dans la carrière de plusieurs grands pianistes couronnés à Varsovie, dont l’Italien Maurizio Pollini (1960), l’Argentine Martha Argerich (1965), le Polonais Krystian Zimerman (1975) ou le Chinois Yundi Li (2000). La musique de Chopin (1810-1849), grand compositeur et pianiste franco-polonais de la période romantique, attire depuis plusieurs décennies des pianistes d’Asie, Japonais et Chinois notamment.