Angèle est désignée artiste féminine francophone de l'année aux NRJ Music Awards

Le duo que Angèle forme avec son frère Roméo Elvis a été récompensé à Cannes pour le titre "Tout oublier", dans la catégorie "chanson francophone de l’année".
Le duo que Angèle forme avec son frère Roméo Elvis a été récompensé à Cannes pour le titre "Tout oublier", dans la catégorie "chanson francophone de l’année". - © VALERY HACHE - AFP

La chanteuse belge Angèle, qui cartonne avec son album Brol, a été désignée samedi soir artiste féminine francophone de l’année, au cours de la 21e cérémonie des NRJ Music Awards. Le duo qu’elle forme avec son frère Roméo Elvis a également été récompensé à Cannes pour le titre "Tout oublier", dans la catégorie "chanson francophone de l’année". Ils étaient aussi en lice pour le duo francophone de l’année, qui a toutefois été remporté par Bigflo & Oli ? Ces derniers les ont également éclipsés dans la catégorie "meilleur clip", dans laquelle les deux Belges étaient aussi en lice.

La révélation francophone de l’année, récompense pour laquelle concourrait Roméo Elvis, est Bilal Hassani, qui avait représenté la France à l’Eurovision, plus tôt dans l’année. Le titre d’artiste masculin francophone de l’année a été attribué à M. Pokora, dont il constitue rien moins que le 12e trophée. Ed Sheeran a quant à lui été élu artiste masculin international de l’année, son équivalent féminin étant Ariana Grande. La chanteuse Lady Gaga et le comédien Bradley Cooper ont été élu duo international de l’année.

La chanteuse Angèle n'en restera pas là. Elle vient juste de sortir son nouvel album, "Brol la suite", qui se présente comme une réédition de "Brol" augmentée de 6 nouveaux titres, et de la version symphonique de "Ta reine". Dans la foulée, elle a partagé le clip de "Oui ou Non", plus sombre que les autres, mais tout aussi déjanté. On y voit la jeune Belge jouer dans des publicités étincelantes pour des produits et services de toutes sortes. Mais le vernis brillant se fissure et elles finissent par déraper de manière absurde et parfois funeste. En arrière-plan se dessine une critique des promesses de façades qui ne sont pas tenues et du caractère superficiel du paraître.