Un "h" trompeur dans l'expression "Faire chou blanc"

« Faire chou blanc », un « h » est-il passé par là ...
« Faire chou blanc », un « h » est-il passé par là ... - © Tous droits réservés

Contrairement à ce que vous pensez, l’expression n’a rien à voir avec le légume ! Incroyable mais vrai, "faire chou blanc" fait en réalité référence à une histoire de jeu de quilles racontée dans un patois berrichon.

Retour au XVIe et plus particulièrement dans le Berry, une province française sous l’Ancien-Régime, équivalente aujourd’hui aux départements de l’Indre et du Cher situés au centre du pays.

À cette époque, le jeu de quilles est fort apprécié et pratiqué par les Berrichons. Le vocabulaire du jeu voulait qu’on parle d’un "coup blanc" lorsqu’aucun point n’avait été marqué par le joueur.

Quand le son "k" se mêle au "ch"

Dans le patois de la région – également appelé le berrichon – le "coup" se disant "chou", "faire coup blanc" devenait donc "faire chou blanc". Appartenant chacun à différents dialectes, les sons "k" et "ch" coexistaient donc à l’époque. Aujourd’hui, le son "k" remplace le son "ch" en normand et en picard. En Normandie, par exemple, vous entendrez facilement "cacher" pour dire "chasser".

Bien que le jeu de quilles a perdu son succès d’antan, l’expression, elle, est encore utilisée de nos jours quand une personne a manqué son objectif ou a subi un échec.