Suites et Fins : La Vénitienne T2 – Un long silence T2

La Vénitienne – La demoiselle du grand canal

Considérée avant tout comme un esprit libre qui s’est souvent dressé contre l’obscurantisme et la tyrannie, Constantza, la nièce du doge de Venise, est prisonnière du Barbier. Le marquis Casaponti constitue une équipe d’étudiants et de marins et part au palais des Misères afin de la libérer. Hélas, tous ne survivront pas à l’assaut. Les sombres heures de la vengeance vont bientôt résonner dans les rues de la Sérénissime. (Texte de l'éditeur)

Tome 1 paru en avril 2014, chronique ICI

Ce qu'on en pense : le dessin de Gnoni offre un beau dynamisme et rend hommage à la Sérénissime dans tous ses aspects y compris les moins glamour. Comme dans le premier tome, le scénario de Ordas a tendance à multiplier les personnages et les situations glauques, ce qui rend son récit un peu trop touffu. L'ensemble reste toutefois intéressant par son rejet du côté carte postale si souvent associé à la ville.

La Vénitienne – La demoiselle du grand canal par Gnoni et Ordas chez Bamboo/Grand Angle

 

Un Long Silence - Que la fête commence

Will sait à présent que l'attentat dans lequel sa mère a disparu n'a pas été perpétré par un groupuscule anarchiste. Il cacherait des raisons beaucoup moins... idéologiques. C'est en tout cas ce que lui a révélé Charly, agonisant, avant d'ajouter une chose : le véritable responsable est bien au Pink Flamingo. Mais qui exactement ? Profitant de son " pouvoir " de sourd-muet, Will mène l'enquête en toute discrétion. Sauf que les membres du cabaret commencent à se méfier... Et s'il n'était qu'un simulateur ? (Texte de l'éditeur)

Tome 1 paru en octobre 2014, chronique ICI

Ce qu'on en pense : Toujours aussi impressionnant, le dessin de Stalner est un régal pour les yeux, tant les décors que les personnages sont maitrisés. La mise en scène est nerveuse et précise. Initialement annoncé en 3 épisodes, la réduction à 2 dessert un récit tellement prometteur dans le tome 1. Exigence de l'éditeur ? Peut-être bien, car les bonnes idées du scénariste ne manquent pas et auraient mérité un triptyque pour développer plus avant la psychologie des personnages…

Un Long Silence– T2 par Stalner chez Glénat

 

Denis MARC