Silas Corey – l'Héritage Zarkoff

Silas Corey - Couv
2 images
Silas Corey - Couv - © Glénat - Alary & Nury - 2015

1918 : la guerre est finie, pour Silas Corey une autre commence…

11 novembre 1918, l'Europe est en fête, la guerre est finie. Pour Silas Corey, un nouveau conflit va commencer. Albert Percochet, détective privé de son état, est poignardé dans la foule en liesse et trouve refuge dans la chambre de Corey au Lutétia alors que celui-ci s'encanaille dans les bars à soldats. Le retrouvant mourant, Corey fini par apprendre que l'héritage de la baronne Zarkoff sera bientôt disponible : celle-ci, malade, a chargé l'homme de retrouver son héritier avant que les actionnaires de son empire d'armement ne s'accaparent leur part du gâteau. Silas Corey, qui a un vieux compte à régler avec la baronne, va prendre le relais du détective.

 

Après un premier diptyque - primé - fort plaisant et rythmé, on pouvait craindre que, l'effet de surprise passé, les aventures de Silas Corey ne deviennent qu'une série comme les autres avec ses gentils, ses méchants et ses femmes plus ou moins fatales. C'était sans compter sur le savoir-faire du duo Alary/Nury. Leur ex-héros de guerre, toujours aussi Arsène Lupin que OSS-117 (restons français) continue de séduire avec ce second cycle.

Sur fond de montée du Bolchevisme dans une Allemagne exsangue, Fabien Nuri, le scénariste, écrit une histoire qui sait rester crédible et n'oublie pas que si la première guerre fit de nombreux morts, elle fit aussi de colossales fortunes chez les marchands de canons. Toujours accompagné de son flegmatique domestique annamite et faisant montre d'autant de classe que d'humour dans les dialogues, le héros de Nury cache son sens moral derrière un mur de cynisme réjouissant. L'histoire est rythmée à souhait et se lit d'un trait sans jamais s'essouffler.

Pierre Alary continue lui aussi à réaliser les aventures du détective-espion. Qu'il s'agisse de scène de bagarre ou de dialogue, le découpage des planches alternant vues de détails et plans larges contribue largement au dynamisme de l'ensemble. Son trait semi-réaliste propre et net ne néglige ni les décors, ni les personnages. Bref un vrai plaisir de lecture.

 

En bref : foncez retrouver Silas Corey dans ce nouveau diptyque enthousiasmant.

 

Silas Corey - L'Héritage Zarkoff par Alary et Nury chez Glénat

 

Denis MARC