Sérotonine de Michel Houellebecq : optimistes s'abstenir !

Sérotonine, de Michel Houellebecq : optimistes, s'abstenir !
Sérotonine, de Michel Houellebecq : optimistes, s'abstenir ! - © BERTRAND GUAY - AFP

Le titre annonce la couleur sans ambages inutiles : la sérotonine est un messager chimique du système nerveux central. Une baisse de l’activité de la sérotonine est associée à différentes formes de dépression.

Voilà pourquoi certains antidépresseurs en contiennent. Dont celui que prend le narrateur, Florent-Claude Labrouste. Avec les effets secondaires associés : asthénie, mollesse des chairs et des désirs.. Disons, plus simplement, impuissance, sujet principal de ce roman plein de désespérance. Ou le lecteur assistera aux affres et aux fantasmes du double fictionnel de Houellebecq, frère jumeau du héros de "Soumission", son roman précédent. Avec peut-être une dose d’humour supplémentaire. Comme s’il fallait vraiment toucher le fond pour savoir comment en rire avec le plus de grâce possible.

 

L’insoutenable lucidité de l’être

 

Tout ce qui écœure ou ravit les lecteurs de l’œuvre Houellebecquienne est là : l’obsession de la fellation, la recherche essoufflée du seul amour possible - celui qui n’exigerait aucun renoncement à soi, aucune concession -, mais aussi  un regard très acéré sur notre société qui implose, qui vomit littéralement l’excès de ses gourmandises. Et enfin un propos qui colle avec l’actualité. Les agriculteurs, dont notre héros scrute les efforts désespérés pour survivre, n’ont pas de gilets jaunes. Mais ils ne se débattent pas moins dans un combat inégal contre l’industrialisation. Sans jamais parvenir à se faire entendre. Car le bruit des machines couvre leurs voix épuisées.

On l’aura compris, il n’y a pas de happy end à attendre chez Houellebecq. Cette fois pas plus que les autres. Oui, c’est une forme très raffinée de nihilisme. Mais qui ne manque pas d’arguments.

 

Sérotonine, de Michel Houellebecq est publié chez Flammarion.

pour feuilleter les premières pages