Saint-Gilles sera la "ville des mots" de la 20ème édition de "La langue française en fête"

La 20ème édition de "La langue française en fête " se tiendra du 14 au 22 mars
La 20ème édition de "La langue française en fête " se tiendra du 14 au 22 mars - © www.lalanguefrancaiseenfete.be/

La programmation de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour la 20ème édition de l'événement littéraire "La langue française en fête" a été présentée lundi à la Maison du peuple de Saint-Gilles. Elle se déroulera du 14 au 22 mars prochains.

Organisé autour de la journée internationale de la francophonie du 20 mars, l'événement se décline en projets artistiques aux niveaux international, national et régional. Parmi ceux-ci, à Bruxelles, des comédiens interpréteront pour un public dont les yeux seront bandés des textes d'auteurs d'origine africaine ou des Caraïbes. Des extraits de l'oeuvre d'Aimé Césaire seront également lus par le comédien Etienne Minougou à la Maison de la Francité.

Les partenaires de l'Opale (réseau des organismes francophones de politique et d'aménagement linguistique) que sont la France, le Québec, la Suisse romane, l'Organisation internationale de la Francophonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles, ont retenu pour le thème de cette année, "Dis-moi les mots que tu accueilles", 10 mots empruntés, à savoir amalgame, bravo, cibler, gris-gris, inuit, le mot d'origine flamande kermesse, kitsch, sérendipité, wiki et zénitude.

Après Charleroi l'an passé, Saint-Gilles a été choisie comme centre des festivités en tant que "ville des mots 2015". 68 projets ont été retenus. "Saint-Gilles est un véritable laboratoire de la coexistence de différentes identités, cultures et langues", souligne le bourgmestre Charles Picqué. "La langue française est le ciment de la communication intercitoyenne à Saint-Gilles. C'est un instrument d'échange et de dialogue. Le défi de manifestations comme celles-ci est de dépasser le cercle de ceux qui sont avertis des langages sophistiqués pour devenir quelque chose qui est populaire."

La ministre francophone de la Culture Joëlle Milquet a quant à elle incité les Belges à s'inspirer des Québecois: "La langue est un instrument vivant dont nous sommes chacun les créateurs quotidiens. (...) Je pense que les belgicisismes sont aussi une manière très créative et très spécifique d'aborder et de faire évoluer la langue française". Afin de "mieux visibiliser les femmes dans les textes", elle a par ailleurs présenté la troisième édition du "Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre".


Belga

Et aussi